/misc
Navigation

Fantômes de Charbonneau

Coup d'oeil sur cet article

Dans Prévost, le souvenir de la commission Charbonneau est une sorte de bombe à fragmentation.

Deux vedettes s’y battent ardemment : Paul St-Pierre-Plamondon (PSPP) pour le PQ et, pour la CAQ, l’ancienne ministre libérale Marguerite Blais.

Financement illégal

Or, le nom de cette dernière est mentionné dans le rapport de la fameuse commission, p. 560, indique-t-on dans l’équipe du premier. On y souligne que l’attachée politique de la ministre Blais, le 14 avril 2008, avait envoyé par courriel à la grande tsarine du financement du PLQ, Violette Trépanier, une liste d’entreprises, « CIMA+, Colliers, SNC-Lavalin, BPR, Verreault », en mentionnant qu’elles « ont déjà donné à d’autres et/ou au national ». Bref, on faisait du financement illégal dans l’entourage de Mme Blais.

Jointe au téléphone, Mme Blais affirme que dans ses années libérales, quand il était question de financement, tout ce qu’elle a vu, c’est « des chèques avec des noms de personnes ». Elle jure n’avoir jamais sollicité d’entreprises pour atteindre le fameux objectif de 100 000 $ de financement imposé à tous les ministres à l’ère Charest-Bibeau.

« Lui aussi ! »

Blais passe à l’offensive : PSPP est « mal placé pour parler », réplique-t-elle, car la présidente de l’exécutif du PQ dans Prévost est Lucie Papineau, ancienne députée péquiste, ministre et... responsable du financement au PQ de 2007 à 2009 ! Et épinglée dans le rapport Charbonneau.

Joint à son tour, PSPP réplique que Mme Papineau ne fait que travailler bénévolement à sa campagne, « ce n’est pas elle qui se présente ».

En somme, une ancienne libérale devenue caquiste est accusée d’avoir évolué dans un parti qui faisait dans le financement douteux. L’attachée dont le courriel est cité dans Charbonneau est Isabelle Gautrin, encore attachée aujourd’hui, chez la ministre libérale Dominique Anglade.

Dans l’autre camp, un ancien « orphelin politique » devenu péquiste est accusé d’être aidé par une personne qui a commis le même péché. Finalement, dans Prévost, il n’y a que QS qui n’a rien à voir avec Charbonneau !