/finance/opinion/columnists
Navigation

L’année 2018 part mal

UPA
Photo d'archives, PIerre-Paul Poulin Philippe Couillard

Coup d'oeil sur cet article

La bonne performance du gouvernement Couillard sur le marché du travail ne cesse de s’effriter depuis le début de l’année alors que le Québec a perdu 32 600 emplois au cours des huit premiers mois de l’année 2018.

Heureusement pour la troupe de Philippe Couillard, il n’y aura pas d’autres données mensuelles de Statistique Canada sur l’emploi publiées d’ici le 1er octobre prochain, jour d’élections au Québec.

On conviendra que ce recul de l’emploi sur le marché du travail n’aidera pas la campagne libérale de Philippe Couillard. Relativement au budget de mars dernier, le gouvernement Couillard se vantait d’avoir créé 222 600 emplois lors de la période allant de mai 2014 à février 2018.

Et dans son discours sur le budget 2018-19, le ministre des Finances Carlos Leitao affirmait que « le marché québécois du travail n’a jamais été aussi dynamique ».

« L’économie québécoise est en voie d’atteindre la cible de création d’emplois fixée à 250 000 sur cinq ans », ajoutait-il dans le fascicule Emploi, répondre aux défis du marché du travail.

On se calme

La perte de 32 600 emplois qui a été enregistrée depuis le début de l’année a de quoi refroidir l’enthousiasme des libéraux.

Le décompte de leur création d’emplois jusqu’à présent ?

D’avril 2014 à la fin août 2018, il s’est créé au Québec 211 100 emplois.

Pour atteindre l’objectif des 250 000 emplois en cinq ans, il faudra donc créer quelque 38 900 emplois additionnels d’ici avril 2019. C’est possible, mais ce sera difficile compte tenu de la piètre performance enregistrée lors des huit premiers mois de l’année.

Chose certaine, le ministre Leitao est en voie de rater d’aplomb sa cible de création d’emplois pour l’année 2018. Dans son dernier budget, il prévoyait la création de 60 000 emplois pour l’année 2018. Étant donné l’importante perte de 32 600 emplois depuis le début de l’année, l’objectif du ministre apparaît inatteignable.

Bilan

Abstraction faite de la mauvaise performance des huit premiers mois de l’année, le Québec s’est quand même bien défendu sur le marché du travail depuis l’arrivée au pouvoir du gouvernement Couillard.

Les 211 100 emplois créés depuis avril 2014 au Québec représentent 24,2 % de tous les emplois créés au Canada durant cette période de 4 ans et 4 mois. C’est 1,4 point de pourcentage de plus que le poids de la population active du Québec dans le Canada.

C’est bien. Proportionnellement, avec ses 348 600 nouveaux emplois, l’Ontario a fait de même en accaparant 40 % de tous les nouveaux emplois au Canada, soit 1,4 point de mieux que son poids dans la population active au pays.

Autre bonne nouvelle à souligner, tant au Québec qu’en Ontario : ce sont des emplois à temps plein qui se sont ajoutés dans le marché du travail.

Secteurs

Depuis avril 2014, on retrouve 55 200 emplois de plus dans le secteur public et parapublic québécois. Cela représente 26,2 % des nouveaux emplois.

Le secteur privé a procuré 65,7 % des nouveaux emplois, soit 138 800.

Les autres emplois ajoutés proviennent de la catégorie des travailleurs autonomes, dits indépendants.

Regardons maintenant la création des 211 100 emplois sous l’angle des diverses industries.

Dans la production des biens, on se retrouve en déficit de 8700 emplois.

Et dans les services, on a enregistré la création de 219 700 emplois.

BILAN DE L’EMPLOI |  AVRIL 2014/AOÛT 2018
Production des biens
Emplois
Agriculture, ressources naturelles
+ 300
Services publics – 1400
Construction
– 2900
Fabrication – 4900
Total – 8700
   
Industrie des services Emplois
Commerce de gros et de détail
550
Transport et entreposage 22 100
Finance, assurances, immobilier
24 300
Services professionnels, techniques
27 100
Services aux entreprises 40 000
Services d’enseignement 40 100
Soins de santé et assistance sociale
25 100
Information, culture, loisirs 1400
Hébergement, restauration 14 200
Administration publique 29 400
Autres... services -9400
Total + 219 800