/sports/hockey/canadien
Navigation

«Nick est un joueur spécial», selon Dale DeGray

HKN-LAS-VEGAS-GOLDEN-KNIGHTS-V-VANCOUVER-CANUCKS
Photo d'archives, AFP Treizième sélection au total en 2017, Nick Suzuki (gauche) avait été le deuxième choix de repêchage de l’histoire des Golden Knights, derrière Cody Glass qui avait été sélectionné au sixième rang.

Coup d'oeil sur cet article

En faisant l’acquisition de l’espoir Nick Suzuki, le Canadien de Montréal a ajouté un attaquant possédant tous les outils pour devenir un joueur d’impact dans la LNH, croit son entraîneur avec l’Attack d’Owen Sound, Todd Gill.

Suzuki avait été le 13e choix de la première ronde, lors du repêchage de 2017. À ses deux dernières saisons dans la Ligue junior de l’Ontario (OHL), le droitier de 5 pi 11 po et 183 lb a réussi des saisons de 96 et 100 points respectivement. L’an dernier, il avait conclu la saison au quatrième rang des pointeurs de l’OHL.

« Il possède un don, c’est dire à quel point il est talentueux. C’est un joueur mature pour son âge et qui fait tout de façon fluide. Il se démarque par son intelligence hockey au-dessus de la moyenne, son lancer digne de la LNH et ses qualités de passeur d’élite. Il a tout et c’est pour cette raison qu’il a été un choix de première ronde dans la LNH. »

Le directeur général de l’Attack, Dale DeGray en a par la suite rajouté une couche. « Nick est un joueur spécial. Il possède des habiletés hors du commun, mais sa vision et son sens du hockey sont tout simplement incroyables. Il rend les joueurs autour de lui meilleurs. »

CENTRE OU AILIER ?

Nick Suzuki peut jouer au centre, mais il a passé la majorité de la dernière saison à l’aile droite d’une unité pivotée par le vétéran Kevin Hancock et complétée par l’espoir des Canucks de Vancouver Jonah Gadjovich. « Dans certaines situations, on l’utilisait au centre, par exemple lors de certaines mises au jeu du côté droit de la patinoire. C’est un joueur très polyvalent, ajoute l’entraîneur. Au centre, il peut faire des jeux un peu plus tandis qu’à l’aile, il effraie les gardiens de but avec son lancer et les défenseurs avec sa vitesse. Il ne se plaint jamais de quelle position il joue, il veut juste jouer. »

En parlant de polyvalence, Suzuki a terminé au deuxième rang de l’OHL lors des deux dernières saisons pour les buts inscrits en infériorité numérique, avec cinq.

« Il n’a pas peur de se lancer devant une rondelle pour la bloquer. Quand on l’utilise en désavantage numérique, il est une menace offensive constante. Parfois, quand une équipe utilise un quatrième attaquant ou un défenseur offensif un peu moins fiable défensivement, Nick est en mesure de tirer avantage de ces situations. Il a le sens du hockey pour jouer dans toutes les situations et il n’a pas peur de se lancer devant des tirs pour les bloquer », conclut Gill, qui compte 1007 matchs d’expérience dans la LNH.

AVEC ÉCJ ?

De son côté, André Tourigny connaît Nick Suzuki pour l’avoir affronté à plusieurs reprises la saison dernière avec les 67’s d’Ottawa.

Ce dernier ne connaît pas les plans du Canadien de Montréal, mais si l’attaquant de 19 ans revient au niveau junior cette saison, il fera partie des joueurs les plus dominants de son groupe d’âge, assure-t-il.

« C’est le genre de joueur dont la contribution n’est pas simplement visible par les points qu’il accumule. Il possède un sens du hockey incroyable qui lui permet d’être efficace dans toutes les facettes du jeu. Il sera un candidat extrêmement sérieux pour Équipe Canada junior. Je ne vois pas comment il pourrait ne pas faire partie de cette équipe. Je pense qu’il en sera même un rouage important. »

7 choses à savoir sur Nick Suzuki

  • Choix de première ronde de l’Attack d’Owen Sound (OHL), 14e au total, en 2015, puis des Golden Knights de Vegas, le 13e au total, en 2017.
  • Son ancien entraîneur avec l’Attack (aujourd’hui entraîneur-adjoint à Las Vegas), Ryan McGill, l’a comparé à Mikael Backlund des Flames de Calgary avant le repêchage de la LNH de 2017.
  • Il compte actuellement 234 points en 192 matchs en carrière dans la Ligue de l’Ontario.
  • A fait partie des cinq derniers joueurs retranchés par Équipe Canada junior, l’an dernier, à l’âge de 18 ans.
  • Il a disputé un match professionnel la saison dernière avec les Wolves de Chicago dans la Ligue américaine de hockey. Il a été blanchi de la feuille de pointage.
  • Il a remporté le trophée William Hanley la saison dernière, remis au joueur le plus gentilhomme dans l’OHL. En 64 parties, il n’a écopé que de 18 minutes de pénalité.
  • Son frère, Ryan, évolue pour les Colts de Barrie et est considéré comme un espoir de première ronde en vue du prochain repêchage de la LNH.