/entertainment/movies
Navigation

À ne pas manquer au FCVQ

Le Journal vous propose cinq événements incontournables présentés au Festival de cinéma

Coup d'oeil sur cet article

Pendant que la fête tire à sa fin à Toronto, ce sera au tour de Québec de vibrer au rythme du septième art à compter de demain quand le Festival de cinéma de la ville de Québec prendra son envol. À sa huitième présentation, le FCVQ est devenu un des événements majeurs de la fin de l’été dans la capitale et se permet encore cette année de convier les cinéphiles à voir des nouveautés dans les salles obscures de même que des classiques au grand air. Voici cinq événements à ne pas rater durant le FCVQ, du 13 au 22 septembre.

Une ouverture sous les lucioles

Photo courtoisie

Après Karlovy Vary et Toronto, le cinéaste saguenéen Sébastien Pilote vient présenter sa nouveauté, La disparition des lucioles, lors de la soirée d’ouverture du FCVQ, une semaine avant sa sortie en salle. Si ses deux premiers films avaient permis aux vétérans Gilbert Sicotte et Gabriel Arcand d’offrir des performances éblouissantes, cette fois c’est au tour de l’étoile montante Karelle Tremblay de jouer la plus importante partition de ce film qui se veut le plus accessible de la filmographie de Pilote. Outre le réalisateur et sa vedette, les acteurs Pierre-Luc Brillant et Luc Picard sont aussi attendus sur le tapis rouge.

Où : Palais Montcalm ; quand : 13 septembre, 20 h

Hommage à André Forcier

Photo courtoisie

Il a reçu le prix hommage lors du plus récent Gala Québec Cinéma. Le voilà maintenant le sujet d’un documentaire, Des histoires inventées, relatant son parcours d’enfant terrible du cinéma québécois. Plusieurs comédiens ayant eu le bonheur de tourner pour André Forcier seront présents pour la projection de ce premier long métrage du réalisateur Jean-Marc E. Roy, connu pour ses courts métrages Bleu Tonnerre et Crème de menthe, tous deux présentés à la Quinzaine des réalisateurs de Cannes.

Où : Auditorium Sandra et Alain Bouchard du Musée national des beaux-arts du Québec ; quand : 15 septembre, 21 h 30

Une touche de Star Wars

Photo courtoisie

Le FCVQ a réservé un petit cadeau aux innombrables fans de Star Wars. Colin Cantwell, l’artiste derrière la conception des vaisseaux de la célèbre franchise, viendra partager souvenirs et anecdotes avec les festivaliers. Son apport au cinéma ne se limite pas à Star Wars. Saviez-vous que c’est lui qui a suggéré à Stanley Kubrick de recourir au Also sprach Zarathustra, de Strauss, à titre de trame musicale de 2001 : L’odyssée de l’espace ?

Où : Auditorium Sandra et Alain Bouchard du Musée national des beaux-arts du Québec ; quand : 16 septembre, 13 h

Le muet encore célébré

Photo courtoisie

Fidèle à une tradition instaurée il y a quelques années, le FCVQ revient avec sa formule CinéConcert qui permet aux cinéphiles d’apprécier l’exécution en direct de la trame sonore d’un chef-d’œuvre du cinéma muet du XXe siècle. Trois ans après avoir animé Le fantôme de l’opéra de sa musique, le compositeur Gabriel Thibodeau fait de nouveau équipe avec l’Orchestre symphonique de Québec, cette fois pour la présentation de Metropolis.

Où : Palais Montcalm, quand : 14 septembre, 20 h

Du cinéma en plein air

Photo courtoisie

Une autre tradition qui gagne en popularité au FCVQ, le cinéma en plein air à la place D’Youville est de retour en faisant encore la part belle aux classiques des années VHS. On pourra entre autres renouer avec la danseuse-soudeuse de Flashdance, Bill Murray dans Le jour de la marmotte, l’inoubliable lapin et sa plantureuse copine dans Qui veut la peau de Roger Rabbit ? ou encore M. Miyagi et Daniel San dans les deux premiers Karaté Kid.

Où : Place D’Youville, quand : Du 13 au 16 septembre, du 19 au 22 septembre