/entertainment/movies
Navigation

Keira Knightley pour conclure le FCVQ

Keira Knightley
Photo courtoisie Mars Films Keira Knightley dans Colette.

Coup d'oeil sur cet article

À quarante-huit heures du coup d’envoi de la 8e édition du Festival de cinéma de la ville de Québec, on sait maintenant comment il va se terminer : avec la présentation d’un film mettant en vedette Keira Knightley.

Malheureusement, l’actrice britannique de 33 ans, connue pour ses rôles dans Pride & Prejudice, la série de films Pirates des Caraïbes et The Imitation Game, n’a pas prévu un détour par Québec pour accompagner Colette, un drame biographique dans lequel elle se glisse dans la peau de la romancière française Gabrielle Colette.

Le réalisateur américain à la barre de Colette, Wash Westmoreland, est le même cinéaste qui avait permis à Julianne Moore de remporter l’Oscar de la meilleure actrice en lui donnant le rôle principal d’une femme aux prises avec la maladie d’Alzheimer dans le drame Still Alice, en 2014.

Dévoilé en première canadienne au Festival international du film de Toronto après avoir vu le jour l’hiver dernier au Festival de Sundance, Colette sera projeté lors de la soirée Gala du FCVQ, le 20 septembre.

Outre l’absence de Keira Knightley, le FCVQ devra aussi faire son deuil de la star française Romain Duris. Il n’assistera finalement pas à la projection de La grande noirceur, le nouveau film du Québécois Maxime Giroux dans lequel il est à l’affiche aux côtés de Martin Dubreuil, Sarah Gadon et Reda Kateb.

Des étoiles québécoises

Si les vedettes internationales se laissent toujours désirer, ce n’est pas le cas des étoiles québécoises du cinéma. Il est d’ores et déjà assuré que le réalisateur Sébastien Pilote foulera le tapis rouge du FCVQ, jeudi soir, lors de la soirée d’ouverture, avec les comédiens Karelle Tremblay, Pierre-Luc Brillant et Luc Picard, avant la présentation de La disparition des lucioles.

Samedi, plusieurs vétérans comédiens québécois, dont Céline Bonnier, Donald Pilon et Yves Jacques, viendront rendre hommage au turbulent cinéaste André Forcier, qui fait l’objet d’un documentaire.