/sports/fighting
Navigation

David Lemieux n’a pas le luxe de subir une autre défaite

Une défaite contre O’Sullivan pourrait faire très mal à sa carrière

Le boxeur David Lemieux lors d’un entraînement médiatique plus tôt en août, en prévision de son combat de samedi à Las Vegas.
Photo d’archives Le boxeur David Lemieux lors d’un entraînement médiatique plus tôt en août, en prévision de son combat de samedi à Las Vegas.

Coup d'oeil sur cet article

On a l’impression de se répéter, mais David Lemieux jouera gros cette semaine à Las Vegas. Il n’aura pas le luxe de subir une autre défaite s’il désire obtenir d’autres combats d’envergure dans un avenir rapproché.

Avec 43 combats et plusieurs blessures notables au compteur, Lemieux (39-4, 33 K.-O.) est conscient que la fenêtre d’un combat de championnat du monde est en train de se refermer.

S’il veut la garder ouverte, une défaite contre Spike O’Sullivan (28-2, 20 K.-O.) samedi soir au T-Mobile Arena n’est donc pas une option. Non seulement il doit gagner, mais il doit le faire avec éclat devant les caméras de HBO.

On se souvient que Lemieux s’est déjà retrouvé dans la même situation après sa défaite contre Gennady Golovkin en 2015. Il avait répondu avec quatre victoires consécutives, dont un percutant knock-out contre Curtis Stevens, pour devenir un aspirant légitime au champion WBO Billy Joe Saunders. Cependant, le Québécois a mordu la poussière en subissant un revers décisif contre l’Anglais devant ses partisans en décembre dernier.

Il s’agissait de la deuxième défaite du représentant d’Eye of the Tiger Management contre un boxeur qui fait partie de l’élite des 160 lb. S’il est parvenu à se relever une première fois, est-ce que David Lemieux pourra le faire à nouveau ? De plus, est-ce qu’on peut affirmer que son duel contre Spike O’Sullivan est celui de la dernière chance s’il souhaite revenir au sommet ?

Voilà deux questions auxquelles le cogneur de 29 ans est convaincu de pouvoir répondre dans l’affirmative.

« On a un bon plan pour mon combat contre O’Sullivan, mais je ne vous en parlerai pas, a souligné David Lemieux. Contre Karim Achour en mai, je m’attendais à une meilleure performance. Je suis capable de faire beaucoup mieux que cela.

« J’ai changé des petites choses pour ne pas que la situation se répète contre mon adversaire de samedi. De plus, la motivation est au rendez-vous. »

Adversaire salaud

Lemieux sait que le combat pourrait être dur et qu’il pourrait être impliqué dans une bagarre de rue à certains moments. Il est prêt à tout de la part de l’Irlandais.

« C’est un boxeur un peu salaud et il s’élance toujours pour le circuit. Il faut toujours le surveiller, a affirmé le cogneur québécois. Il est unidimensionnel et il se déplace toujours de la même façon dans le ring.

« Il faudra être patient. Je ne me préoccupe pas par ce qu’il peut apporter, mais bien ce que je peux amener pendant ce choc. Il va devoir s’adapter à moi et pas le contraire. »

Ramsay aux aguets

Pendant ce temps, Ramsay croit que l’adversaire de Lemieux pourrait avoir quelques surprises dès les premiers rounds.

« O’Sullivan est un boxeur très courageux et il aime travailler en pression, a souligné l’entraîneur. Par contre, je ne crois pas qu’il a déjà négocié avec une force de frappe comme celle de David.

« Mon boxeur a un niveau technique plus élevé et il devra tout faire pour ne pas se mettre à son niveau soit de lancer n’importe quoi. »

Il a aussi rappelé l’importance du duel.

« David est entre deux niveaux de boxe : être sur appel pour un combat majeur ou être sur le bord de la porte. Il y a une grosse différence entre les deux. David doit franchir le pas. »

 

Une coupe de poids sous contrôle

Depuis l’annulation de son combat contre James De La Rosa en 2016, David Lemieux s’est fait questionner à plusieurs reprises sur sa capacité de respecter la limite de poids prévue à son contrat. Ce ne sera pas différent pour son affrontement contre Spike O’Sullivan.

Comme on le sait, le Québécois n’a pas été en mesure de respecter la limite de 160 lb lors de son duel contre le Français Karim Achour en mai dernier. Après sa victoire, Lemieux a fait un bilan avec son promoteur Camille Estephan et son entraîneur Marc Ramsay.

Ceux-ci n’ont pas mis de gants blancs avec leur protégé lorsque la question du poids est venue sur le tapis. Estephan et Ramsay ne comprenaient pas ce qui était arrivé à Lemieux pour qu’il dépasse la limite par deux livres pendant la pesée officielle.

Nutritionniste

Pour revenir sur le droit chemin, le pugiliste a embauché un nouveau nutritionniste qui lui a bâti un nouveau plan alimentaire où il peut ingurgiter 2700 calories par jour.

« Je suis le plan à la lettre, a indiqué Lemieux qui mange des plats préparés pour ses besoins. Je me sens mieux qu’à mes derniers camps. Je vois une grosse différence par rapport à mon dernier combat. Mon taux de gras a baissé. »

L’ancien champion du monde IBF a reconnu qu’il a fait quelques erreurs au cours des dernières années.

« Je pensais que de faire le poids était simplement de ne pas manger, a-t-il précisé. Je n’étais pas capable de suivre les autres plans parce que je n’étais pas capable de manger mes repas complets. Je trouvais les portions trop généreuses. Je ne mangeais pas certains aliments. J’y allais à ma façon et ça m’a joué des tours. J’ai mis mon corps en état de choc et il ne répondait plus. »

Suivi quotidien

Lemieux s’est rendu au bureau de son nutritionniste sur une base quotidienne pendant son camp d’entraînement. D’ailleurs, depuis son association avec Jean-François Gaudreau en 2016, le clan de Lemieux a tu le nom de tous les spécialistes de la santé qui ont travaillé avec Lemieux pour sa coupe de poids.

« David a un suivi très serré, a indiqué son entraîneur Marc Ramsay. Cependant, une partie du travail revient à Dave et il doit se responsabiliser. Il l’a fait durant ce camp.

Comme pour plusieurs boxeurs, les derniers jours avant la pesée seront plus difficiles. Par contre, on est dans une meilleure position qu’à notre dernier duel. »