/sports/opinion/columnists
Navigation

Payez maintenant, voyez plus tard

Coup d'oeil sur cet article

Donc, les détenteurs de billets du Canadien peuvent ajouter un nom à une formidable liste de très bons joueurs.

P. K. Subban, Alexander Radulov, Andreï Markov, Alex Galchenyuk, Alexeï Emelin, Mikhaïl Sergachev et maintenant Max Pacioretty.

Tous partis. On parle du cœur et de la colonne vertébrale d’une très bonne équipe capable de rafler 100 points par saison avec Michel Therrien.

Les sept joueurs doués de l’équipe ont été échangés. Ou ont été perdus.

Et on demande aux partisans et aux détenteurs de billets de saison, qui versent 15 000 $ par saison régulière pour deux billets, de croire aveuglément les belles paroles de Marc Bergevin et de Geoff Molson.

Payez maintenant et vous verrez dans quatre ans !!!

APPRENDRE À GAGNER

Je sais que c’est une question plate, mais il faut bien que quelqu’un la pose : pis, les fans, on leur offre quoi cette saison ? Et l’an prochain ? Et l’an d’après ?

Les fans et les fefans vont se consoler en parlant de reconstruction. Mais pour reconstruire, il faut être certain que l’architecte et l’entrepreneur aient la compétence nécessaire pour mener le projet jusqu’au bout. N’est pas Tony Accurso qui veut.

On sait maintenant que le travail de démolition est bien mené. Cette équipe que vous aimez tant était à un ou deux joueurs près de se battre pour la Coupe Stanley. Elle est rendue où, d’après vous ? Et elle s’en va où ? La relève de Laval doit être brillante, après tout le Rocket a terminé dernier de toute la Ligue américaine !

Si on veut être optimiste, il faut croire que Nick Suzuki sera le joueur de centre tant cherché par le Canadien. Pour l’instant et les prochaines années, il va peaufiner son jeu dans les rangs mineurs. Après, on peut se demander à qui il va passer le puck pour qu’on le fasse entrer dans le net.

C’est déjà arrivé dans le passé. Les Nordiques ont échangé Eric Lindros et Peter Forsberg, un junior inclus dans la transaction, fut meilleur à lui tout seul que le grand Lindros.

Suzuki est peut-être de la même trempe. Je vous le souhaite.

FINIR DANS LA BOUE

Le Canadien n’aura pas été capable de terminer cette triste histoire avec dignité. Geoff Molson et Marc Bergevin auront traîné Max Pacioretty dans la boue jusqu’au dernier moment.

Il se peut que Pacioretty, dans un moment de frustration et de découragement, ait lancé à Bergevin et à Molson de le sortir de Montréal s’ils n’en voulaient plus. Ça se peut et c’est compréhensible. J’ai déjà engueulé des dirigeants de médias pour bien moins que ce que l’on a fait subir à Pacioretty la saison dernière.

Même là, ça ne veut pas dire que c’était une demande formelle et négociée d’être échangé. C’est différent de lâcher en colère : « Si tu m’haïs tant que ça, envoie-moi ailleurs ! » et d’entrer dans un bureau avec un agent et un avocat pour négocier son départ.

À Vegas, on célèbre l’arrivée d’un capitaine et d’un excellent marqueur. En plus, Vegas s’en est tiré avec un contrat de quatre ans.

Tout le monde gagne... au Nevada.