/sports/fighting
Navigation

Boxe: David Lemieux fustige Spike O’Sullivan

Le cogneur québécois veut torturer son rival samedi soir

David Lemieux, photographié à l’occasion d’un entraînement médiatique à Montréal le mois dernier, croit qu’il n’aura aucun problème à respecter la limite de poids fixée à 160 lb.
Photo Martin Alarie David Lemieux, photographié à l’occasion d’un entraînement médiatique à Montréal le mois dernier, croit qu’il n’aura aucun problème à respecter la limite de poids fixée à 160 lb.

Coup d'oeil sur cet article

LAS VEGAS | David Lemieux est très motivé en prévision de son combat contre Spike O’Sullivan. Et ce n’est pas en raison de l’enjeu du duel entre les deux boxeurs.

Le Québécois (39-4, 33 K.-O.) a fouillé dans le passé de l’Irlandais dans les dernières semaines. Il a trouvé une histoire de violence conjugale impliquant O’Sullivan qui remonte à 2010 dans le Irish Examiner.

Selon le site internet de ce média, le prochain adversaire de Lemieux a été reconnu coupable d’avoir donné des coups de poing à son ancienne amie de cœur à l’extérieur de son domicile. O’Sullivan était alors âgé de 25 ans.

C’est le type de situation qui fait fulminer Lemieux.

« J’ai été mis au courant qu’il était un batteur de femme, a affirmé mercredi le protégé d’Eye of the Tiger Management après son entraînement public présenté au MGM Grand. C’est pas mal dégueulasse. C’est un geste lâche. Je vais le faire payer pour cela. »

Quelques minutes plus tard, un collègue de l’Angleterre est intervenu dans la discussion. Il a rectifié les faits en affirmant que le puissant cogneur avait été déclaré non coupable après avoir porté sa cause en appel quelques mois plus tard.

« Si c’est le cas, c’est tant mieux pour lui, a répondu Lemieux. Un homme qui lève la main sur une femme est un lâche. »

Parfois, c’est ce qui peut arriver lorsqu’un boxeur n’a pas toutes les informations en main avant d’y aller d’une attaque verbale à l’endroit de son adversaire. On va espérer que Lemieux a appris sa leçon.

De l’eau en grosse quantité

Comme on le sait, Lemieux a un nouveau nutrionniste et un nouveau plan alimentaire en prévision de sa pesée officielle qui aura lieu vendredi sur une scène extérieure en face du T-Mobile Arena.

Mercredi, on a vu le protégé de Marc Ramsay avec une bouteille d’eau à la main. Dès qu’il en avait l’occasion, Lemieux prenait une gorgée. Est-ce que ça fait partie de la stratégie de la coupe de poids ? Il semblerait que oui.

Avant d’amorcer sa déshydratation, l’ancien champion du monde avale entre six et sept litres d’eau par jour. Les amateurs se souviendront que c’est une méthode utilisée par le spécialiste Jean-François Gaudreau, qui s’occupe de la coupe de poids de plusieurs combattants d’arts mixtes et de boxeurs.

Poids sous contrôle

Dans le clan de Lemieux, on a assuré au représentant du Journal que le « procédé est similaire à celui de Gaudreau, mais que ce n’est pas la même chose ». De plus, l’entourage du pugiliste ne semble pas inquiet quant au respect de la limite de poids de 160 lb. Tout serait sous contrôle.

« Tout va très bien, a souligné Lemieux lorsqu’interrogé au sujet de sa consommation d’eau. On est au poids qu’on veut être à ce stade-ci de la semaine. »

 

Dans le calepin...

  • On a eu droit à un premier coup de théâtre mercredi pendant la conférence de presse entre Gennady Golovkin et Canelo Alvarez. Les deux acteurs principaux de la soirée de boxe de samedi ont refusé de faire un face-à-face et de prendre une photo ensemble après leur événement présenté au David Copperfield Theater.
  • Parlant de cet affrontement, on ne voit pas de consensus chez les amateurs quant à l’issue de ce combat revanche. Les gens analysent ce duel avec des « si » et des « peut-être ». Comme ce fut le cas lors du premier choc entre ces deux boxeurs de grand talent, on parle d’un affrontement de type « 50-50 ».
  • Il y avait une bonne foule à l’entraînement public des boxeurs qui font partie de la sous-carte du gala de Golden Boy Promotions. À sa sortie de l’activité, David Lemieux a pris plusieurs photos avec les amateurs et il a pris le temps de signer plusieurs autographes. Ceux qui doutent de sa popularité peuvent aller se rhabiller.
  • Pendant que Saddridin Akhmedov et Erik Bazinyan sont dirigés par Marc Ramsay en prévision de leur prochain combat, Batyr Jukembayev s’entraîne avec le Kazakh Kanat Altayev au gymnase Sherbatov.
  • Top Rank a tenté de changer la date du gala de GYM qui devait avoir lieu le 1er décembre au Centre Vidéotron selon ce qu’on a appris dans les derniers jours. Cependant, le promoteur Yvon Michel s’est montré ferme et il refusé la demande formulée par le gérant du boxeur Oleksandr Gvozdyk, Egis Klimas, pour des motifs de logistique. Ce dernier a fait cette demande pour être aux côtés d’un autre de ses protégés, Vasyl Lomachenko, qui devait monter sur le ring lors de la même soirée. Le tout s’est réglé alors que le gala mettant en vedette Lomachenko a été déplacé au 8 décembre.