/24m/city
Navigation

Environnement: Montréal veut une empreinte carbone nulle d’ici 2050

Environnement: Montréal veut une empreinte carbone nulle d’ici 2050
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Montréal veut décarboniser ses immeubles municipaux d’ici 2030, souhaitant devenir «carboneutre» d’ici 2050.

Ce sont des engagements que la Ville a pris dans le cadre du Sommet mondial en action climatique, qui se tient à San Francisco jusqu’à 14 septembre, en adhérant entre autres à la déclaration «Net Zero Carbon Buildings».

La métropole québécoise a l’intention d’adopter des règlements et des politiques qui «permettront l’exploitation de bâtiments avec une empreinte carbone nette nulle d’ici 2030, mesure que [la Ville étendra] à l’ensemble des bâtiments d’ici 2050».

Pour réussir, Montréal s’engage à mettre en place un plan de réduction des émissions de gaz à effet de serre et d’adaptation aux changements climatiques. L’empreinte carbone calcule le volume des émissions de gaz à effet de serre qui sont liées aux activités humaines.

«Mine de rien, ce sont beaucoup d’efforts et de ressources parce qu’on a des immeubles patrimoniaux qui demandent des rénovations. On s’engage à poser des gestes dans la construction, dans la rénovation, qui vont diminuer notre empreinte écologique », a indiqué mercredi la mairesse de Montréal Valérie Plante.

Une cible précise pour 2030 reste à être établie, tout comme une feuille de route. Les coûts associés aux engagements ne sont pas finaux et ne sont pour l’instant pas dévoilés, a précisé l’administration de la mairesse.

Valérie Plante a reconnu mercredi qu’il s’agissait de gestes ambitieux, invitant les Montréalais à prendre part aussi à cette démarche, qu’elle circonscrit pour le moment aux institutions de la Ville.

«Je peux difficilement demander aux citoyens que leur maison ait une résilience énergétique à 100 %. Il faut investir des fonds, il faut les accompagner, mettre en place des programmes», a-t-elle soutenu, précisant qu’ils font déjà un effort en prenant part par exemple à la collecte des matières recyclables et organiques.

Réduction de déchets

Montréal s’était aussi engagée en août, avant le sommet, à diminuer son nombre de déchets d’ici 2030, par rapport à 2015.

D’ici 12 ans, la Ville veut réduire d'au moins 50 % les ordures solides des collectes municipales incinérées ou enfouies, et de diminuer d’au moins 15 % la quantité des déchets solides produit par personne.