/elections
Navigation

Québec solidaire mettrait en place un revenu minimum garanti

Gabriel Nadeau-Dubois propose une projet-pilote de revenu minimum garanti s’il prend le pouvoir le 1er octobre.
Phtoo Nelson Sergerie Gabriel Nadeau-Dubois propose une projet-pilote de revenu minimum garanti s’il prend le pouvoir le 1er octobre.

Coup d'oeil sur cet article

GASPÉ | Parce que 800 000 personnes vivent dans la pauvreté au Québec, Québec solidaire veut mettre en place deux mesures pour favoriser une lutte durable à la pauvreté, si la formation de gauche prenait le pouvoir le 1er octobre prochain.

«Le travail bien rémunéré reste la principale façon de sortir les gens de la pauvreté au Québec», lance d’entrée de jeu le co-porte-parole, Gabriel Nadeau-Dubois, lors de la présentation des mesures sur un terrain de baseball, à Gaspé.

Augmentation des prestations d’aide sociale

Les prestations d’aide sociale seraient fortement augmentées dès la première année d’un gouvernement solidaire. Une personne verrait sa prestation passer de 648 $ à 1063 $ par mois et de 1035 $ à 1500 $ si elle a des contraintes sévères à l’emploi.

«C’est loin de suffire pour combler même les besoins élémentaires. Ce sont des pinottes à côté des millions de dollars d’argent public qu’on a donnés pour sauver Bombardier et c’est bien peu à comparer aux salaires faramineux qu’on verse chaque année aux médecins spécialistes», a dit M. Nadeau-Dubois.

Un revenu minimum garanti, sans chiffre

Le revenu minimum garanti ne sera pas mis en place dans un éventuel premier mandat de Québec solidaire. Le parti propose d’abord un projet-pilote qui viserait 12 000 personnes issues de municipalités ayant une proportion importante de ménages à faible revenu, quelle que soit leur situation actuelle.

Cependant, le co-porte-parole ne veut cibler quelle serait le seuil minimum.

«On ne peut faire ça à l’aveugle. Il faut le faire avec des données probantes qui permettent de prendre la bonne décision. Il est trop tôt pour dire le montant des prestations puisque l’objectif est justement de faire des expériences sur cette question-là», indique M. Nadeau-Dubois.

La prestation d’aide sociale d’une personne avec contrainte au travail obtiendrait sous un gouvernement solidaire qui atteindrait 18 000 $ par année. Mais le leader solidaire ne veut pas dire si ce serait le seuil du revenu minimum garanti.

«On va tester différentes formules pour en mesurer les effets. Le revenu minimum garanti ne sera pas instauré par Québec solidaire dans un premier mandat.»

Le budget serait de 150 millions $ pour le projet-pilote.