/sports/opinion/columnists
Navigation

Toujours la magie avec Mister T

Coup d'oeil sur cet article

WHITBY, ONTARIO | Dans une vie de pêcheur, il y a de ces excursions dont on se souvient très longtemps. J’ai eu la chance de vivre une autre aventure extraordinaire sur le lac Ontario en compagnie du guide expérimenté Stéphane Tremblay, connu sous le nom de Mister T.

Il était 6 h lorsque nous avons quitté la marina de Whitby, en bordure du lac Ontario. La journée s’annonçait extrêmement chaude. Nous nous posions des questions sur les résultats de notre pêche de la journée. Le seul qui n’était pas inquiet, c’était notre guide, Stéphane Tremblay.

Aux commandes de son bateau, il prend le large en nous expliquant que nous allons pêcher dans environ 250 pieds de profondeur. Une brume de chaleur enveloppe la ville de Whitby et au loin, Toronto. Tous les membres ont des doutes parce que selon la tradition populaire, lorsqu’il fait aussi chaud (tout près de 30 degrés), la pêche n’est pas bonne. Les résultats de la journée nous ont fait mentir.

LE VERT

Une fois rendus sur le point GPS, au gré des flots de cette immense mer intérieure de 300 kilomètres de long par 80 dans son plus large, c’est l’heure de mettre les cannes à l’eau. Selon notre guide, la couleur la plus populaire est le vert dans les eaux du lac Ontario. Il monte donc ses lignes en prenant bien soin d’y installer un flasher de couleur verte, de petites mouches vertes et, complètement à l’arrière, un petit poisson artificiel imitant le gasparot, le poisson fourrage le plus répandu dans les eaux du lac.

Nous le regardons faire sa danse orchestrée alors que minutieusement, il prépare les cannes. Tout est prêt. Nous sommes un peu nerveux en attente de la première touche. Nous avons décidé que le premier qui livrerait un combat serait le nouveau venu, Daniel. Sur le sonar, on peut apercevoir un banc de poissons fourrages. Aussitôt, Stéphane nous dit que ça va mordre. Quelques instants plus tard, c’est l’attaque féroce sur une des lignes. Le poisson déroule plus de 200 pieds de ligne dans un temps record. En se fiant au comportement du poisson, le guide annonce à Daniel qu’il va vivre un long combat parce que le saumon qui est au bout de la ligne est gros. Près d’une heure plus tard, le chinook, appelé King en anglais, fait son apparition dans le filet. Sur la balance, le chiffre 22 apparaît. Ça commence bien la journée.

TOUTE UNE DANSE

À peine quelques instants plus tard, une deuxième ligne est attaquée. Tout au long de la journée, c’est le même scénario qui se reproduit. Une véritable danse des prises se produit avec, à un moment donné, trois lignes déclenchées au même moment. Encore là, l’expérience de notre guide, qui donne de bons conseils et se déplace d’un pêcheur à l’autre, fait en sorte que les trois poissons finissent dans le bateau.

Cette aventure de pêche sera mémorable. Encore une fois, Stéphane Tremblay a prouvé qu’il avait l’expérience pour déjouer le poisson dans toutes les conditions. Son assurance, sa confiance et son expérience de la navigation font en sorte qu’il est une référence au lac Ontario. Vous pouvez le joindre par téléphone au 1 514 794-9939 ou via son site internet à l’adresse www.pecheMrT.com. Une grande aventure à vivre !