/elections
Navigation

Un ancien aspirant-chef péquiste appuie un solidaire

Pierre Céré et Andrés Fontecilla
Photo Dominique Scali Pierre Céré et Andrés Fontecilla

Coup d'oeil sur cet article

Le Parti québécois, «c’est fini», a déclaré l’ancien candidat péquiste Pierre Céré mercredi. Il appuie maintenant le candidat solidaire Andrés Fontecilla, qui a des chances de déloger les libéraux dans Laurier-Dorion à Montréal.

Les deux politiciens s’étaient affrontés lors de l’élection de 2014. Pierre Céré avait également été aspirant à la direction du PQ en 2015.

Mais depuis, M. Céré a «fait une croix» sur ses espoirs de voir le PQ «se moderniser», notamment sur ses positions sur l’immigration et les anglophones.

Il critique plusieurs idées de son ancien parti: obliger les anglophones à faire une session dans un cégep francophone, faire signer une déclaration sur les valeurs québécoises aux immigrants et n’admettre que des nouveaux arrivants qui ont démontré leur connaissance du français, énumère-t-il.

«Au lieu de construire des ponts, ils dynamitent les ponts.»

«Je ne sais ce qui est le plus dommageable, entre cette façon de faire de la politique de Jean-François Lisée, ou le silence des autres [candidats péquistes]. Quand il fait ces déclarations-là, les autres regardent en haut», a-t-il dit, faisant notamment référence à la vice-cheffe Véronique Hivon.

«C’est fini, je n’y crois plus», dit M. Céré.

Il souligne toutefois qu’il n’est ni membre ni militant de Québec solidaire, mais appelle à «coaliser l’ensemble des sensibilités progressistes autour de la candidature de M. Fontecilla».

QS en tête

Ce dernier est d’ailleurs en tête dans sa circonscription de Laurier-Dorion, selon une analyse de Bryan Breguet à partir d’un sondage Léger du mois d’août.

Avec des intentions de vote de 34,1 %, il est légèrement en avance par rapport au Parti libéral (31,9 %), qui règne sur ce bastion depuis les années 1990, à l’exception d’une fenêtre péquiste entre 2004 et 2007. C’est le député autrefois libéral Gerry Sklavounos, impliqué dans un scandale sexuel, qui occupe le siège.

La Coalition avenir Québec (CAQ) récolte quant à elle 19,8 % des intentions de vote, avec le PQ loin derrière (7 %).

De son côté, M. Fontecilla considère que l’appui de M. Céré reflète sa campagne, qui «va au-delà de la logique partisane». Il invite les électeurs à «rejeter la logique des partis traditionnels qui nous maintiennent dans la médiocrité.»

Hivon réagit

Lors d’un point de presse pour réagir au cadre financier libéral, la vice-cheffe du PQ Véronique Hivon a fait valoir les nombreuses mesures progressistes proposées par son parti, «tout en étant pragmatiques». «Il y a un formidable équilibre de progrès social dans ça», affirme Véronique Hivon.

«Je suis désolée que M. Céré ne le retrouve pas, mais s’il regardait le détail de notre programme, il verrait que beaucoup des choses pour lesquelles il s’est battu se retrouvent précisément dans notre programme.«

 

- Avec la collaboration de Patrick Bellerose, du Bureau parlementaire