/finance/business
Navigation

Un prêt de 5,7 M$ de Québec à un partenaire de Kruger

Investissement Québec injecte de l’argent dans un parc éolien de la Montérégie

Le ministre Pierre Moreau a annoncé le mois dernier la relance du projet éolien Des Cultures, mis sur la glace en 2011.
Photo d'archives, Alexandre Moranville-Ouellette Le ministre Pierre Moreau a annoncé le mois dernier la relance du projet éolien Des Cultures, mis sur la glace en 2011.

Coup d'oeil sur cet article

En plus de forcer Hydro-Québec à acheter de l’énergie éolienne à plus de 12 cents du kilowattheure à des promoteurs d’un parc éolien en Montérégie, Québec en financera également la construction.

Investissement Québec a annoncé mercredi l’octroi d’un prêt de 5,7 millions $ au promoteur Énergies Durables Kahnawà:ke (EDK) de la communauté mohawk de Kahnawake.

Mis sur la glace depuis 2011, le projet de parc éolien Des Cultures a été officiellement relancé le mois dernier par le Québec et les promoteurs, tout juste à la veille de la campagne électorale.

Mené par Énergies Durables Kahnawà:ke (EDK) et Kruger Énergie, le projet de 24 mégawatts (MW) avait reçu le feu vert de la Régie de l’énergie en 2011.

Or, les promoteurs n’avaient jamais été capables de s’entendre avec les citoyens de Saint-Cyprien-de-Napierville.

Le nouveau parc éolien sera situé dans les municipalités de Saint-Rémi et de Saint-Michel, toujours en Montérégie. Il pourrait être en service en 2021.

Selon les termes du prêt, Investissement Québec agira à titre de prêteur pour le Fonds de développement économique qui relève du gouvernement du Québec.

Ce n’est pas la première fois qu’Investissement Québec investit dans la construction d’un parc éolien au Québec.

En 2011, Investissement Québec avait octroyé un prêt de 58,6 millions $ pour la première phase de construction du parc éolien de la Seigneurie de Beaupré.

Facture de 200 M$

Il faut dire qu’Hydro-Québec devra payer très cher l’électricité qui sera produite par ce nouveau parc éolien en Montérégie.

La facture d’électricité de ce parc éolien avoisinera les 200 millions $ au cours des 20 prochaines années.

Alors qu’elle vend chaque kilowattheure un peu plus de 7 cents en moyenne à ses clients résidentiels québécois, Hydro-Québec devra payer plus de 12,5 cents en moyenne (en dollar courant) sur 20 ans aux promoteurs privés de ce parc éolien.

La facture de 200 millions $ devrait inclure les frais de branchement du parc éolien au réseau d’Hydro-Québec.

Ces nouveaux achats à fort prix d’énergie éolienne auront également un impact direct sur les futures factures d’électricité des Québécois.

2,5 milliards $ plus tard

Comme le rappelait en mai dernier la vérificatrice générale du Québec, Guylaine Leclerc, les achats d’électricité éolienne inutiles imposés par le gouvernement à Hydro-Québec à des promoteurs privés ont coûté jusqu’à présent 2,5 milliards $ aux contribuables québécois entre 2009 et 2016.

La situation va se poursuivre dans les prochaines années. La société d’État devra gérer des surplus d’électricité estimés à plus de 169 térawattheures (TWh), pour une valeur totale de 17 milliards $ d’ici 2027.