/news/currentevents
Navigation

Des conducteurs de bétonnières en colère

Un nouveau système de répartition jugé dangereux

Coup d'oeil sur cet article

Des conducteurs de bétonnières de Demix critiquent le GPS implanté récemment dans leur véhicule, qui leur ferait perdre leur vigilance et leur indiquerait des chemins interdits ou dangereux pour les piétons et les cyclistes.

Lundi matin, une femme d’une soixantaine d’années a été happée par une bétonnière de la compagnie Demix, dans l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville à Montréal. La victime est dans un état stable, mais a subi des blessures graves, selon la police.

Moins attentif

« On ne sait pas s’il y a un lien, mais depuis que nous avons un nouveau système de répartition, notre attention est moins portée sur la route », confie un opérateur de bétonnière, qui souhaite rester anonyme pour ne pas mettre son emploi en danger.

Depuis juin, Demix a installé dans ses 200 bétonnières de la région de Montréal des tablettes électroniques munies d’un système d’optimisation de la productivité. Cet outil, appelé Trakit, permet à Demix de suivre ses véhicules à la trace.

Pour améliorer au maximum le rendement des chauffeurs, le système comprend un GPS qui indique le chemin le plus court pour livrer le ciment sur les chantiers.

Google Maps

Ce GPS, que Le Journal a pu voir en fonction, est en fait l’application Google Maps et ne prend pas en compte les règles de conduite des camions.

« Il y a de nombreuses rues que nous n’avons pas le droit d’emprunter, selon le Code de la sécurité routière, mais le GPS nous dit de passer dedans. Si on les évite, on se retrouve sur un autre chemin qu’on ne connaît pas toujours », témoigne notre camionneur.

Ce dernier donne l’exemple d’un trajet sur la route 136 Est à Montréal durant lequel le GPS lui indiquait la sortie Guy, qui est limitée à 3,7 m de hauteur.

« Mon camion est plus haut que ça, alors j’ai dû prendre la sortie suivante en plein centre-ville, avec des piétons et des cyclistes partout », déplore-t-il.

Rejointe jeudi, Demix n’a pas été en mesure de commenter.