/sports/hockey/canadien
Navigation

Les 9 enjeux du camp

Coup d'oeil sur cet article

Le Canadien a rarement suscité aussi peu d’engouement auprès de ses partisans. Après le désastre de la saison dernière et les mouvements de personnel estivaux, qui s’apparentent à un plan de reconstruction, les attentes ne sont pas très grandes.

Les plus optimistes voient le Tricolore se battre pour une place en séries éliminatoires jusqu’à tard dans la saison. Les plus pessimistes prévoient que le sort de l’équipe sera connu aux Fêtes. Néanmoins, quelques questions et enjeux intéressants méritent d’être soulevés en ce début de camp d’entraînement auquel ont été conviés 66 joueurs.

PRICE RETROUVERA-T-IL SA TOUCHE ?

Carey Price
Photo d'archives, Ben Pelosse
Carey Price

Carey Price a connu la pire saison de sa carrière. Sa moyenne de buts alloués de 3,11 et son taux d’efficacité de ,900 furent loin d’être à la hauteur des statistiques d’un prétendant aux trophées Vézina et Hart. Price a convenu qu’il devait faire mieux cette saison. Le hic, c’est qu’il aura devant lui le même groupe de défenseurs que l’an dernier, celui-là même qui lui a fait perdre patience à quelques occasions. Sans compter que Shea Weber ratera, dans le plus positif des scénarios, le premier tiers de la saison. Bonne chance Carey ! Inspire... Expire...

CHARLIE LINDGREN TALONNERA-T-IL NIEMI ?

Charlie Lindgren
Photo d'archives, AFP
Charlie Lindgren

Antti Niemi a relancé sa carrière l’hiver dernier à Montréal après des séjours catastrophiques à Pittsburgh et en Floride. Le Finlandais part avec une longueur d’avance sur Charlie Lindgren. Âgé de 24 ans, Lindgren amorcera la première année d’un pacte de trois ans à un salaire de 750 000 $. Il n’aura toutefois pas à passer par l’étape du ballottage advenant un renvoi avec Joël Bouchard et le Rocket de Laval.

QUI CONTRIBUERA À L’ATTAQUE APRÈS LES DÉPARTS DE PACIORETTY ET GALCHENYUK ?

Claude Julien a perdu deux anciens marqueurs de 30 buts en Max Pacioretty et Alex Galchenyuk. À l’exception de Brendan Gallagher, aucun autre attaquant du Tricolore n’a déjà atteint le plateau des 30 buts dans la LNH. Julien allumera des lampions pour que les Jonathan Drouin, Max Domi, Tomas Tatar, Artturi Lehkonen, Phillip Danault et Joel Armia connaissent la saison de leur vie et que Gallagher maintienne un rythme aussi élevé que l’an dernier.

LEHKONEN REDEVIENDRA-T-IL L’AILIER PROMETTEUR DE SA SAISON RECRUE ?

Artturi Lehkonen
Photo d'archives, Ben Pelosse
Artturi Lehkonen

Artturi Lehkonen n’a pas connu la progression souhaitée, l’hiver dernier. Après avoir inscrit 18 buts à sa saison recrue, le Finlandais a peiné à en marquer 12. Guigne de la deuxième année ou adaptation difficile sous Claude Julien ? Les départs de Max Pacioretty et d’Alex Galchenyuk devraient lui permettre d’obtenir une place régulière sur le deuxième trio et plus de temps d’utilisation sur l’attaque massive. À lui d’en profiter.

QUI JOUERA SUR LA PREMIÈRE UNITÉ DE DÉFENSEURS ?

Il y avait déjà un trou sur le flanc gauche, mais il y en a maintenant un autre aussi gros sur la droite. Opéré à deux reprises au cours des derniers mois, Shea Weber s’absentera jusqu’au début du mois de décembre. À l’instar de l’an dernier, Jeff Petry se retrouvera avec le rôle du défenseur numéro un. Le principal débat consiste à savoir qui sera son partenaire. Malgré ses 20 ans, Victor Mete est probablement le meilleur candidat en raison de sa mobilité et de sa relance de l’attaque, deux faiblesses dans le jeu de Karl Alzner.

OUELLET GAGNERA-T-IL SON PARI ?

Xavier Ouellet a une expérience de 141 matchs dans la LNH, tous dans l’uniforme des Red Wings de Detroit. Il est encore jeune à 25 ans. À Detroit, il n’avait pas la confiance de Jeff Blashill. Même s’il a accepté un contrat à deux volets, Ouellet a le talent pour déloger un David Schlemko, Jordie Benn ou Mike Reilly pour l’un des derniers postes disponibles à la ligne bleue. Il n’a aucunement l’intention de renouer à Laval avec son ancien entraîneur de l’Armada de Blainville-Boisbriand en Joël Bouchard. Invité au camp, Simon Després cherchera aussi à mêler les cartes à la ligne bleue, une position très faible chez le CH.

SUZUKI PEUT-IL RESTER À MONTRÉAL ?

Victor Mete a déjoué tous les pronostics en forçant la main du Canadien l’automne dernier. Il n’est pas impossible que Nick Suzuki en fasse autant. Toutefois, pour y parvenir, il devra se faufiler dans la ligne de centre occupée par Jonathan Drouin, Phillip Danault, Matthew Peca et Tomas Plekanec. Si on choisit de le garder à Montréal, il faudra s’assurer de le faire jouer suffisamment. Mais, en même temps, lui reste-t-il quelque chose à tirer des rangs juniors ?

QUELLE SERA LA PROCHAINE DESTINATION DE KOTKANIEMI ?

En raison de son statut de joueur européen, Jesperi Kotkaniemi pourrait rejoindre le Rocket de Laval même s’il n’est âgé que de 18 ans. Peut-être serait-il plus avantageux pour lui de demeurer dans le giron de l’organisation plutôt que de retourner en Finlande ? En rejoignant Joël Bouchard à Laval, il pourrait s’habituer au hockey nord-américain en plus d’assimiler les stratégies et le style de jeu du Canadien. En plus, il serait assuré de jouer au centre.

QUI DE SCHERBAK, DE LA ROSE, MCCARRON ET SHINKARUK S’ÉTABLIRA À MONTRÉAL?

Nikita Scherbak
Photo d'archives, Martin Chevalier
Nikita Scherbak

En raison de sa capacité à jouer à l’aile et au centre, De La Rose semble avoir une longueur d’avance. Scherbak est inconstant, Shinkaruk, inconnu, et McCarron, invisible. De plus, il est le seul parmi ce quatuor à détenir une entente à un seul volet. Cependant, avec les retours imminents de Paul Byron et d’Andrew Shaw, le Suédois pourrait sauter son tour souvent.