/entertainment/movies
Navigation

Un bon été pour le cinéma québécois

Les films québécois ont récolté 6 249 972$ au box-office pendant la belle saison

Maripier Morin dans La chute de l'empire américain.
Photo courtoisie, Films Seville Maripier Morin dans La chute de l'empire américain.

Coup d'oeil sur cet article

Malgré une nette domination des superproductions américaines, le cinéma québécois a réussi à tirer son épingle du jeu au box-office cet été grâce surtout au succès des films La chute de l’empire américain et 1991.

C’est du moins ce qui ressort du bilan estival de l’agence Cinéac qui a été dévoilé jeudi. Les données de la firme spécialisée dans les statistiques du box-office indiquent que les productions locales ont obtenu une part de marché de 8,8 % aux guichets de la province pour la période du 27 avril au 6 septembre 2018, ce qui représente le deuxième plus bel été du cinéma québécois en six ans.

Jean-Carl Boucher dans une scène du film 1991.
Photo courtoisie, Films Séville
Jean-Carl Boucher dans une scène du film 1991.

Ce bon résultat est directement lié à la performance de deux films, 1991 (de Ricardo Trogi), et La chute de l’empire américain (de Denys Arcand), qui ont réussi l’exploit de se hisser dans le top 10 des titres les plus populaires de l’été au Québec.

C’est la seconde année d’affilée que deux films de chez nous se frottent aux productions hollywoodiennes dans le top 10 des titres les plus populaires de l’été. Rappelons que le cinéma québécois avait connu un été exceptionnel en 2017, récoltant une part de marché de 17,9 % grâce à l’immense succès des comédies policières De père en flic 2 et Bon Cop, Bad Cop 2, qui avaient trôné au sommet du box-office estival.

Hausse du box-office total

Si le 8,8 % de l’été 2018 peut paraître mince comparativement au 17,9 % de l’an dernier, il demeure une amélioration importante par rapport aux années précédentes, pendant lesquelles la part de marché des films québécois avait oscillé entre 4,8 % et 5,9 %. En fait, mis à part 2017, il faut remonter à 2011 pour retrouver un été où le cinéma québécois a obtenu une part de marché supérieure à 8 % (10,5 %).

Encore une fois, ce sont les productions hollywoodiennes qui ont régné en maître sur le box-office québécois cet été. Porté par le succès de superproductions comme Avengers, Monde jurassique et Les Incroyable 2, le cinéma américain a amassé des recettes totales de 61 490 216 $ aux guichets de la province cet été, ce qui équivaut à une part de marché de 86,9 % (contre 72,6 % à l’été 2017).

Enfin, soulignons que malgré certaines prédictions peu optimistes quant à l’avenir du cinéma en salles, les recettes de l’ensemble des cinémas et cinéparcs du Québec ont connu une légère augmentation cet été, passant de 69 427 507 $ en 2017 à 70 275 416 $ en 2018.

 

La part de marché du cinéma québécois des 10 derniers étés

  • 2008 : 8,4 %
  • 2009 : 17,8 %
  • 2010 : 9,8 %
  • 2011 : 10,5 %
  • 2012 : 5,2 %
  • 2013 : 5,6 %
  • 2014 : 5,8 %
  • 2015 : 5,9 %
  • 2016 : 4,8 %
  • 2017 : 17,9 %
  • 2018 : 8,8 %

 

Top 5 (films québécois)

  • 1991 : 2 717 943 $
  • La chute de l’empire américain : 2 399 177 $
  • La chute de Sparte : 201 802 $
  • Identités : 68 794 $
  • Quand l’amour se creuse un trou : 30 625 $

 

Top 10 (toutes nationalités confondues)

  • Avengers : la guerre de l’infini : 8,7 M$
  • Les Incroyable 2 : 6,1 M$
  • Monde jurassique : le royaume déchu : 5,9 M$
  • Deadpool 2 : 4,8 M$
  • Mission : Impossible – Répercussions : 4,7 M$
  • Hôtel Transylvanie 3 : 3,8 M$
  • Solo: une histoire de Star Wars : 2,8 M$
  • 1991 : 2,7 M$
  • Ant-Man et la guêpe : 2,4 M$
  • La chute de l’empire américain : 2,4 M$