/news/society
Navigation

Un loyer pour l’homme qui dort dans son auto

Des citoyens sont venus en aide à l’octogénaire

Karo Martin, Sonia Moniz et Naomie Ipperciel-Charbonneau entourent Yves Potvin sur le terrain vague de Gatineau où l’octogénaire habite depuis deux mois.
Photo collaboration spéciale, Simon-Pier Ouellet Karo Martin, Sonia Moniz et Naomie Ipperciel-Charbonneau entourent Yves Potvin sur le terrain vague de Gatineau où l’octogénaire habite depuis deux mois.

Coup d'oeil sur cet article

GATINEAU | Un octogénaire qui dort dans sa voiture depuis deux mois a finalement déniché un toit grâce à l’aide de généreux citoyens.

L’histoire d’Yves Potvin, 80 ans, a touché tout le Québec en début de semaine.

Le Journal rapportait mardi qu’il devait dormir dans sa voiture sur un terrain vague de Gatineau prêté par un ami. Il a perdu sa maison qu’il habitait depuis plus de 50 ans il y a deux mois. Son épouse étant hospitalisée, il était à la recherche d’un loyer pour le moment où elle sortirait de l’hôpital.

Logement

Depuis mardi, de nombreux citoyens lui sont venus en aide.

Il a trouvé finalement trouvé un nouveau logement à Gatineau jeudi en fin de journée après plusieurs jours de recherches. L’appartement répond aux besoins de sa femme gravement malade qui ne peut monter des escaliers.

« C’est un méchant beau loyer. On va être très bien », a affirmé l’homme, tout sourire.

Depuis le mois de juillet, l’octogénaire a aménagé un petit matelas sur la banquette arrière de sa voiture où il dort.

« Les gens sont incroyables. Ça me fait brailler de voir toute cette générosité. Les gens sont très bons avec moi », confie l’homme avec émotion.

Coupe de cheveux

De purs inconnus, touchés par l’histoire de M. Potvin, se sont déplacés sur le terrain qu’il occupe près des ateliers municipaux de Gatineau. Karo Martin est notamment allée chercher l’homme pour l’amener chez elle afin qu’il puisse prendre une douche et faire le lavage de ses vêtements.

« Il fait tellement pitié. C’était inconcevable que je ne fasse rien. Il est tellement gentil en plus. Ma mère lui a coupé les cheveux. Je voulais aussi qu’il dorme chez moi, mais il ne voulait rien savoir », a dit Mme Martin.

Dans son nouveau logement, Yves Potvin devra toutefois faire une croix sur les nombreux objets qu’il ramasse ici et là afin de recycler le métal.

Le nouveau propriétaire lui a interdit d’apporter ces encombrants.

« Je vais me trouver un terrain pour les laisser là. Je n’ai pas l’intention d’arrêter de travailler », explique l’homme.

Ses activités de recycleur ont fait l’objet de plusieurs plaintes de citoyens dans le quartier où il habitait auparavant, lui valant une série de contraventions de la Ville de Gatineau au fil des ans.