/news/currentevents
Navigation

Un verdict pour le «pilote des stars»

Normand Dubé saura aujourd’hui s’il est coupable d’avoir causé des pannes majeures avec son avion

Normand Dubé en 2007, une époque plus heureuse où il volait avec les stars québécoises.
Photo Pierre Vidricaire Normand Dubé en 2007, une époque plus heureuse où il volait avec les stars québécoises.

Coup d'oeil sur cet article

Après trois ans d’un procès quasi secret, le « pilote des stars » saura si, oui ou non, il est coupable d’avoir plongé 120 000 personnes dans le noir en faisant flancher des lignes à haute tension, causant pas moins de 30 M$ en dommages.

Normand Dubé risque jusqu’à 10 ans de prison. Une ordonnance de non-publication pour préserver la « sécurité nationale » nous empêche toutefois d’expliquer comment il s’y serait pris pour attaquer le réseau électrique, le 4 décembre 2014.

Le Journal peut néanmoins mentionner que Dubé aurait utilisé son avion pour causer les pannes sur trois lignes à haute tension d’Hydro-Québec, dans les Laurentides.

Selon le ministère public, il en avait largement les moyens techniques. Inventeur autodidacte, Normand Dubé a lui-même conçu un modèle de petit avion et en a vendu une centaine d’exemplaires.

Chose certaine, les pannes que lui attribuent les enquêteurs furent lourdes de conséquences.

Les 4 et 5 décembre 2014, Hydro-Québec a dû plonger pas moins de 120 000 personnes dans le noir, incapable d’acheminer les kilowattheures de la Baie-James vers la région de Montréal.

À son procès en mars dernier au palais de justice de Saint-Jérôme, il marche avec des béquilles après un accident.
Photo Hugo Joncas
À son procès en mars dernier au palais de justice de Saint-Jérôme, il marche avec des béquilles après un accident.

Importations d’urgence

Hydro-Québec a aussi dû interrompre ses livraisons d’électricité aux réseaux voisins, important 2000 mégawatts d’urgence des États-Unis et de l’Ontario.

Les pannes de lignes de transport ont même déclenché les mécanismes d’urgence en Nouvelle-Angleterre et en Ontario, qui comptaient sur l’énergie du Québec, selon des informations obtenues auprès des réseaux voisins.

« Les ressources disponibles étaient insuffisantes pour combler à la fois la demande anticipée et la réserve d’urgence », explique Marcia Blomberg, porte-parole du réseau de la Nouvelle-Angleterre, ISO New England.

Le 4 décembre 2014 en début de soirée, les gestionnaires du système ont donc dû faire augmenter la production d’électricité rapidement et « se préparer à diminuer la consommation ».

Le pilote nie avoir causé les pannes.

« C’est impossible, la théorie de la police », a répété Normand Dubé lors de son témoignage du 12 juillet dernier. Il reconnaît cependant avoir volé au-dessus des lignes affectées le 4 décembre 2014.

La société d’État a notamment perdu l’usage de deux des six puissantes lignes à 735 000 volts qui relient les centrales de la Baie-James à Montréal.

Le 3 juillet dernier, un ingénieur responsable du « plan de défense » d’Hydro-Québec est venu expliquer à la cour comment cette situation a mené le réseau au bord d’un « black-out complet », qui aurait créé le chaos non seulement ici, mais peut-être aussi dans les systèmes voisins aux États-Unis et en Ontario.

« Tous mes 18 ingénieurs ont passé la nuit au centre de contrôle pour réussir à amener le réseau dans un état sécuritaire », a dit Daniel Lefebvre lors de son témoignage.

Pas le seul dossier

L’accusé fait d’ailleurs l’objet d’une autre poursuite civile en dommages d’Hydro-Québec, pour 30 M$.

Normand Dubé est aussi visé par 20 autres chefs d’accusation pour incendies criminels, méfaits, menaces de causer la mort ou des blessures, harcèlement criminel, dans d’autres dossiers.

Les victimes alléguées comprennent un homme d’affaires ainsi que plusieurs fonctionnaires, huissiers et avocats liés aux villes de Sainte-Anne-des-Plaines et de Terrebonne et à l’Agence des services frontaliers du Canada.

Ce que prétend la Couronne

  • Normand Dubé a causé trois pannes sur les lignes à très haute tension d’Hydro-Québec en utilisant son avion le 4 décembre 2014, à l’aide d’une technique qu’il nous est interdit de dévoiler.
  • C’est un pilote particulièrement doué qui en a largement les capacités techniques.
  • Ces pannes ont plongé 120 000 personnes dans le noir et interrompu les exportations d’électricité aux États-Unis.
  • Elles auraient entraîné des dommages de 30 M$ à Hydro-Québec.
  • Dubé aurait agi ainsi pour se venger d’Hydro-Québec après un long conflit autour d’une servitude que la société d’État détenait sur son terrain.

Ce que prétend Normand Dubé

  • Il a bien volé au-dessus des lignes tombées en panne, mais il ne les a pas attaquées.
  • Il n’en a pas les capacités techniques, en tant que simple « pilote de plaisance ».
  • Il se serait trouvé au-dessus des lignes pour vérifier les dires d’un client, qui aurait affirmé avoir tenté de causer des pannes sur des lignes d’Hydro-Québec, en utilisant notamment un hélicoptère ou un avion.
  • Il est impossible de causer des pannes sur des lignes électriques en posant les gestes que lui reproche le ministère public.