/sports/fighting
Navigation

Barriault estime n'avoir rien à perdre face à Hunter

<b>Marc-André Barriault</b><br /><i>Combattant</i>
Photo d'archives, Jean-François Desgagnés Marc-André Barriault
Combattant

Coup d'oeil sur cet article

Même si son promoteur Stéphane Patry croit qu’il s’agit d’un gros risque, Marc-André Barriault estime plutôt qu’il n’a rien à perdre en se frottant à Adam Hunter dans la catégorie des 205 livres, lui qui détient la ceinture de champion chez les 185 livres.

«Parce que ma ceinture des 185 livres ne sera pas à l’enjeu, je n’ai pas grand-chose à perdre, a-t-il affirmé, hier, en marge de l’entraînement médiatique. Je n’affronterai pas un monstre comme on en retrouve dans le UFC et on va se battre de façon intelligente.»

«J’ai appris beaucoup à mon seul combat chez les 205 livres contre Todd Stoute en septembre 2017, de poursuivre le combattant de Québec. J’étais négligé et j’ai remporté une décision partagée. Il voudrait que je lui accorde une revanche, mais je suis rendu ailleurs. J’aime me battre chez les 205 livres, mais je sais que ça va se passer chez les 185 livres à l’échelon supérieur.»

Parce qu’il se retrouve sur le radar de l’UFC et qu’il pourrait signer avec la prestigieuse organisation dans les prochaines semaines en prévision de la carte du 8 décembre à Toronto, Barriault aurait pu se la jouer tranquille d’ici là. «Je n’aime pas me cacher derrière des trucs faciles, a-t-il expliqué. J’ai déjà accompli beaucoup chez les 185 livres et ma valeur va encore augmenter après le combat du 21 septembre. Je veux montrer ma valeur et mon objectif est de me battre dans un événement UFC à Québec. J’étais à Las Vegas quand Daniel Cormier a mis la main sur ses deux ceintures et je veux faire la même chose.»

À son dernier combat avec TKO MMA, Barriault pourrait faire le saut en UFC très bientôt. «Mon contrat se termine après le combat du 21 septembre et je serai agent libre par la suite, a-t-il souligné. J’ai les yeux sur la carte de UFC qui se déroulera à Toronto le 8 décembre.»

Un géant français

Débarqué à Québec, jeudi soir, Ciryl Gane est devenu champion TKO à son premier combat en arts martiaux mixtes la semaine dernière à Montréal contre Bobby Sullivan. Avant de faire le saut en MMA, le gaillard de 6 pi 5 po et 250 livres était champion du monde en kickboxing/Muay Tai en vertu d’une fiche de 13 victoires, dont 8 par KO, et aucune défaite.

«Je suis convaincu à 100 pour cent qu’il va devenir champion du monde UFC un jour, a déclaré le promoteur Stéphane Patry. À 6 pi 5 po et 250 livres, il bouge comme un poids léger. Comme en boxe, il y a peu d’athlètes de ce niveau chez les poids lourds.»

Gane souhaitait faire le saut. «Je suis devenu assez vite limité dans le choix de mes adversaires, a-t-il expliqué. La MMA m’a toujours attiré et je peux m’exprimer dans différents styles. J’ai rencontré M. Lopez (son entraîneur), ce qui a fait la différence.»

«J’ai vécu une expérience incroyable à mon premier combat, a-t-il indiqué. TKO a un très grand respect pour les combattants. En France, nous sommes un peu arriérés dans les sports de combat.»