/sports/racing
Navigation

«C’est notre Grand Prix de Formule 1» -Ben Milot

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL - Icône du «freestyle motocross», le Québécois Ben Milot est bien heureux de voir revivre l’événement du Stade olympique.

«C’est notre Grand Prix de Formule 1 à nous, a-t-il qualifié, vendredi, en entrevue. C’est une grosse vitrine. C’est ça qui permet de faire découvrir notre sport au grand public.»

Organisé par la firme Gestev, le Supercross Montréal pourrait effectivement donner un nouveau souffle à la discipline du motocross au Québec. Déjà, on s’attend à ce que l’événement revienne en 2019 et 2020. L’entente actuelle entre Gestev et la Régie des installations olympiques est valide pour trois ans.

Aujourd’hui âgé de 35 ans, Milot avait lui-même connu des moments de gloire au Stade olympique, remportant la compétition «freestyle» en 2002 et en 2007. C’était aussi à la belle époque du champion québécois Jean-Sébastien Roy, qui brillait pour sa part lors des courses régulières. Depuis, force est d’admettre que l’étoile du motocross a un peu pâli au Québec. Un regain de vie devient maintenant possible.

En profiter au maximum

Pendant des années, Milot aura exploité son talent dans le monde du show-business en Asie en participant à un spectacle aquatique de Franco Dragone intitulé «House of Dancing Water».

L’homme originaire de Yamachiche a maintenant lancé sa propre tournée de spectacles de motocross «Milot Land Tour». L’événement du Stade olympique vient clore sa saison estivale.

«On fait ça pour donner un show en direct, pour obtenir la réaction du public, a décrit Milot, excité de se produire devant les gradins du Stade olympique. Je compte bien en profiter.»