/misc
Navigation

Constats post débat : Lisée solide, Legault piétine, Couillard s'enfonce...

Constats post débat : Lisée solide, Legault piétine, Couillard s'enfonce...
Photo Agence QMI, Sébastien St-Jean

Coup d'oeil sur cet article

On ne pourra pas dire que le débat des chefs hier fut inintéressant. Au contraire, celui-ci pourrait bien avoir un effet sur la boussole électorale. Voici pourquoi.

Jean-François Lisée, solide

Mission accomplie pour Jean-François Lisée. Le chef du PQ a été solide et a montré la stature d’un chef d’État hier. Même ses adversaires politiques ont dû l’admettre après le débat. La meilleure? Celle de Jérôme Landry qui dit « dommage que Lisée soit péquiste, y’est bon! »

Nous savions tous que Lisée avait la capacité de dominer le débat, mais la pression était forte sur lui, il y jouait sa campagne, ayant besoin de cette tribune pour dynamiser sa campagne. Il a réussi. Cet homme a la capacité de surprendre et c’est un champion pour faire taire ses critiques.  Il a réussi à établir que de voter pour le PQ c’est choisir la voie inverse de l’austérité, il a ébranlé François Legault sur la question du rapport de force avec Ottawa.

Cocasse le moment où le chef péquiste a confondu les noms de Couillard et Legault : « c’est que j’ai parfois de la difficulté à vous différencier! »

Une occasion manquée

Non loin, la co-porte-parole de Québec solidaire a aussi fort bien fait. Manon Massé a parlé d’indépendance avec franchise, elle ne s’en est pas laissé imposer par le chef du Parti libéral Philippe Couillard qui a paru paternaliste à son égard. Moins heureux pour Massé, son commentaire à la toute fin du débat sur le fait que c'est parce qu'elle est «femme» que son temps de parole fut un peu moins important.

À sa défense, on doit admettre que lors de certains échanges imbuvables entre trois hommes qui rivalisaient pour enterrer les autres dans un flot de paroles incompréhensibles, le silence de Mme Massé faisait du bien. Refusant de se plier à cet incivisme, Massé envoyait un signal clair à ses adversaires. Ce type de forum n’est pas sans défauts.

Toutefois, à la fin du débat, j’étais incapable de ne pas me désoler que ces deux performances intéressantes – celles de Lisée et de Massé – nous montraient l’étendu de l’erreur du printemps 2017 lors du congrès de Québec solidaire. Ce congrès à Montréal où quelques militants de QS sur place ont torpillé toute velléité de discussions électorales avec le PQ.

Au terme du débat d’hier je me suis dit que ce projet d’indépendance et de défense des impératifs environnementaux peut être porté par des politiciens habiles et inspirants. Et si ces deux-là avaient additionné leurs voix, et s’ils avaient décidé de jouer dans le même camp? Du moins de collaborer dans certains comtés...

Car devant, Couillard et Legault étaient tout sauf inspirants.

Sauver les meubles? Même pas!

La balloune de François Legault se dégonfle. Le chef caquiste n’est pas le meilleur débatteur et celui-ci avait besoin de son « A game » comme on dit; d’être dans un bon soir. Ça ne s’est pas produit.

Plusieurs fois pendant le débat M. Legault a paru agacé, montrant mimiques de dégout qui auraient pu faire le délice des caricaturistes.

Le chef de la CAQ a beaucoup misé hier soir sur son projet des maternelles 4 ans. Pas certain que cela lui permettra de faire des gains au sein de la population. Devant lui, les autres chefs ont tous vanté la qualité des CPE, mais le moment le plus difficile pour Legault fut quand Philippe Couillard lui a demandé d’expliquer clairement comment il arriverait à réaliser sa promesse en fonction de son cadre financier.

Les explications de Legault étaient brouillonnes. Philippe Couillard a repris cette formule à quelques reprises dans le débat, « expliquez-nous clairement comment, M. Legault! », sachant que son adversaire caquiste avait beaucoup de difficulté à vulgariser son programme électoral.

François Legault nous perdait complètement dans son explication des douze échelons de salaire des enseignants quand ses adversaires répondaient par des mesures plus ciblées en éducation.

Aussi, le chef caquiste n’a convaincu personne dans le débat en santé quand il a été accusé de cautionner le privé en santé alors que Lisée et Massé marquaient des points en pointant plutôt vers le décloisonnement de la profession infirmière et le retour à la mission fondamentale des CLSC plutôt que la privatisation des soins par « super-cliniques ».

Le gros mensonge de Philippe Couillard

Plusieurs commentateurs et chroniqueurs ont rappelé récemment que l’argument des libéraux et de Philippe Couillard du « trou » de 7 milliards supposément laissé par le gouvernement péquiste en 2014 ne tenait tout simplement pas la route.

Josée Legault a insisté là-dessus dans un texte publié le jour du débat et intitulé La catastrophe imaginaire :

« Pour justifier son austérité, Philippe Couillard avait prétexté une terrible catastrophe financière laissée par le gouvernement Marois. Un gouffre, qu’il estimait à plusieurs milliards de dollars. Cette « ligne », le chef libéral l’a répétée hier. Dans les faits, ce n’était que de la poudre aux yeux.

En décembre 2014, Gérald Fillion, chroniqueur économique, en écrivait ceci : « Pourquoi Martin Coiteux et Carlos Leitao ne cessent-ils pas de répéter depuis huit mois que le déficit à enrayer est de plus de 5,8 milliards cette année et de 7,3 milliards l’an prochain ? Ces chiffres n’existent pas dans la réalité. Ce sont des projections [...] qui sont utilisées dans la communication politique du gouvernement Couillard parce que le gouvernement Marois n’a pas publié son budget de dépenses avant de déclencher des élections l’hiver dernier. »

Un « trou » inventé par les idéologues néolibéraux partisans de l’austérité. Un « trou » qui n’existait pas, mais sur lequel se sont basés les Coiteux, Leitao et Couillard pour justifier l’imposition de politiques d’austérité drastiques qui se sont traduites par une dégradation des services publics et une accélération du secteur privé là où les services publics défaillaient.

Et ce mensonge-là, Philippe Couillard l’a répété hier soir lors du débat. Plus d’une fois. Il faut le dénoncer. Car la seule défense du chef libéral quand il est acculé au mur des conséquences de l’austérité libérale, c’est le mensonge.

Aussi, on doit souligner à grands traits que l’attaque de Philippe Couillard concernant Anticosti est, elle aussi, fausse. Et le chef libéral le sait très bien. Le prédécesseur de Couillard, Jean Charest, a réglé la question en pleine campagne électorale, en 2012. À 5 jours des élections!

« Contrairement aux prétentions de Philippe Couillard, c'est le gouvernement libéral de Jean Charest qui, le premier, a proposé une entente de partenariat avec des pétrolières pour l'exploration des hydrocarbures sur l'île d'Anticosti, a appris Le Journal.

Le premier ministre est hostile à l'idée d'explorer le sous-sol d'Anticosti. Il a reproché encore une fois hier au gouvernement péquiste de Pauline Marois d'avoir fait une «grave erreur» en signant une entente pour confirmer le potentiel pétrolier et gazier de l'île sans évaluation environnementale complète.

Mais les négociations ont débuté bien avant, sous l'ère libérale. Dans une lettre d'intention confidentielle obtenue par notre Bureau parlementaire, le gouvernement Charest offre d'acquérir des actions de Pétrolia, Maurel & Prom et Corridor Ressources pour explorer le sous-sol d'Anticosti, un partenariat de 70 millions $.

Datée du 29 août 2012, soit cinq jours avant l'élection du gouvernement péquiste de Pauline Marois, l'offre d'achat est signée des deux vice-présidents de Ressources Québec, filiale d'Investissement Québec. »

L’intégrité dans tout ça?

Oui, Philippe Couillard a menti hier soir. Sciemment. Ce qui n’est pas sans rappeler que le règne libéral de 15 ans dont la majorité des Québécois espère se débarrasser est marqué au fer rouge de l’échec retentissant en matière d’intégrité et de transparence.

Philippe Couillard pourra au moins se féliciter que ce thème n’a pas été abordé hier dans le cadre du débat. Rien sur les échecs successifs de la Commission Charbonneau, sur les ratés répétés de l’UPAC, sur l’impunité outrancière dont jouit nombre d’ex piliers de la magouille libérale comme Marc Bibeau.

Aucune mention de la politisation de nos institutions par nominations partisanes libérales (plus de 540 nominations « post-it » dans les hauts échelons de la fonction publique québécoise sous Jean Charest); ni de cette insistance indécente de Philippe Couillard de vouloir conserver le pouvoir de nommer seul les boss de l’UPAC (qui enquête beaucoup sur son parti), de la SQ, du DPCP, etc.

Dommage aussi pour François Legault qui aurait pu marquer des points sur ce dossier, lui dont le parti souhaite en finir avec les nominations partisanes...