/elections
Navigation

Débat des chefs: Legault accuse Couillard d’avoir manqué de hauteur

François Legault et Philippe Couillard lors du débat
Photo The Canadian Press François Legault et Philippe Couillard lors du débat

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC | François Legault, qui n’a visiblement pas apprécié de se faire accuser lors débat des chefs de faire « peur » aux Québécois, reproche à Philippe Couillard d’avoir manqué de hauteur jeudi soir.

Le chef de la Coalition avenir Québec, qui a été accueilli comme un héros par son équipe de candidats de la Capitale-Nationale, vendredi matin, est revenu sur ce qui a été pour lui le « fait marquant » du premier débat des chefs.

Plutôt que de montrer la porte à son candidat libéral dans Taillon, Mohammed Barhone, qui a laissé entendre cette semaine que la CAQ menaçait de procéder à un « nettoyage » des immigrants, Philippe Couillard s’est porté à sa défense.

« Savez-vous pourquoi, M. Legault, il y a des gens qui réagissent comme ça? Parce que vous leur faites peur », a lancé le chef libéral, en soulignant que M. Barhone s'était déjà excusé.

« Philippe Couillard a choisi de défendre la famille libérale plutôt que de montrer une certaine grandeur. Il a échoué le test d’un grand premier ministre qui est capable de s’élever, puis de dire à son candidat, ça n’a pas de bon sens. Je le congédie, mon candidat de Taillon », a déploré avec énergie le chef caquiste.

« C’est Philippe Couillard qui fait peur aux Québécois, a-t-il ajouté. Bien nous, à la peur de Philippe Couillard, on va opposer la fierté, la fierté d’être Québécois, la fierté de ce qu’on est! »

Legault promet la souplesse avec ses « tests »

M. Legault est par ailleurs revenu sur le « test » que la CAQ souhaite imposer aux nouveaux arrivants, que les libéraux qualifient de « test d’expulsion ».

Estimant que « ce n’est pas à un parti politique de faire un test », mais plutôt à « des experts », M. Legault a une fois de plus refusé d’en produire une copie.

Il s’est toutefois fait rassurant en expliquant qu’il faudrait vraiment être « de mauvaise foi » pour échouer ce qui serait un simple « test de connaissances des valeurs ».

« Si vous voulez avoir une idée, allez lire la Charte québécoises des droits et libertés. [...] Les questions vont être inspirées de cette charte. [...] Moi je pense que honnêtement, la grande majorité des immigrants vont bien répondre à ce test de connaissances. »

Il faudrait « faire exprès » pour échouer

Même chose pour le test de français. Après trois ans, les immigrants n’auraient qu’à démontrer une maitrise de conversation de base en français.

Pour échouer, « il faudrait vraiment faire exprès », a dit M. Legault, qui aussi promet d’être « compréhensif » envers ceux qui ont des difficultés d’apprentissage ou qui sont plus âgés.

« Toutes les personnes de bonne foi vont réussir le test de français et le test de valeurs », a résumé M. Legault, en répétant que M. Couillard cherche à faire « peur » aux Québécois en laissant entendre que la CAQ veut « briser des familles ».