/news/transports
Navigation

Des automobilistes bloqués par les trains

Le CN s’excuse pour la congestion sur le pont Victoria

Coup d'oeil sur cet article

​Des automobilistes ont eu la mauvaise surprise d’être bloqués sur le pont Victoria deux fois cette semaine en raison du passage d’un train qui n’aurait pas dû se trouver là en pleine heure de pointe.

« Ce qui s’est passé cette semaine est exceptionnel. Nous le regrettons et nous nous assurerons d’éviter que cela se reproduise », affirme Jonathan Abecassis, porte-parole de la compagnie ferroviaire Canadien National (CN), propriétaire du pont Victoria.

Plus d’achalandage

Depuis la rentrée, l’achalandage matinal sur le pont inauguré en 1859 a augmenté en raison des chantiers sur l’axe Champlain-Turcot, mais aussi parce que les autos peuvent y rouler en semaine sur deux voies en direction de Montréal dès 5 h du matin, soit une heure plus tôt qu’auparavant.

Or, mardi et jeudi, des trains de marchandises ont traversé la rue Bridge, à la sortie du pont, un peu après 6 h du matin, bloquant la circulation pendant de longues minutes. Une importante congestion s’est alors formée sur la Rive-Sud.

Le CN affirme que ce genre de problème ne s’est produit que quatre ou cinq fois en deux ans, car la compagnie ferroviaire s’est engagée il y a quelques années auprès du ministère des Transports à ne pas faire passer ses wagons entre 6 h et 9 h.

Pas de pénalité

Toutefois, aucune pénalité ne sera infligée au CN pour ces passages de trains tardifs puisque son engagement envers le MTQ s’est fait sur une base volontaire.

« La gestion de la circulation est chaotique à Montréal, déplore Rick Leckner, ex-chroniqueur circulation à CJAD. Ça prend quelqu’un avec du pouvoir pour imposer des décisions favorisant la fluidité, sinon chacun fait ce qu’il veut et la congestion augmente. »

Le CN, qui dit ne pas avoir d’horaire précis pour le passage de ses trains, soutient collaborer avec le comité Mobilité Montréal regroupant les organismes dont les activités ont des impacts sur la circulation.

« On n’est plus dans le je-m’en-foutisme », assure M. Abecassis.

Ce dernier indique qu’il est impératif qu’un train parte chaque matin du port de Montréal vers Chicago.

« Parfois, il part vers 4 h 30 ou 5 h, mais cette semaine il y a eu des retards de chargement », dit le porte-parole.