/news/society
Navigation

Des citoyens de Cookshire-Eaton choqués par la présence de l’Église essénienne

Olivier Martin, dit Manitara, a fondé le groupe controversé de l'Ordre des Esséniens, une communauté religieuse établie à Cookshire-Eaton, en Estrie.
Photo d'archives, TVA Nouvelles Olivier Martin, dit Manitara, a fondé le groupe controversé de l'Ordre des Esséniens, une communauté religieuse établie à Cookshire-Eaton, en Estrie.

Coup d'oeil sur cet article

L'émission J.E. a levé le voile jeudi sur une communauté religieuse très controversée à Cookshire-Eaton, en Estrie. Cette enquête sur l’Église essénienne en a choqué plusieurs, à commencer par les citoyens de la municipalité.

«C'est terrible. Ça ne devrait pas exister ces groupes-là», a commenté un passant.

«Ça me choque qu'ils ne paient pas de taxes», a ajouté une autre.

Il faut dire que la municipalité et l'Église essénienne enchaînent les litiges depuis sept ans.

«Ce dossier-là traîne. Ce sont des gens qui ne respectent pas les règles. Il y a une vingtaine de bâtiments qui ne devraient pas être construits là», a indiqué la mairesse, Sylvie Lapointe.

Les témoignages d'anciens disciples recueillis par J.E. ne laissent aucun doute sur l'emprise de celui qui a fondé le mouvement, Olivier Martin. Ce dernier, qui a déjà fait face à la justice en France, habite maintenant au Panama et revient quatre fois par année prêcher en Estrie.

«Les gens qui ne respectent pas les règles dans leur pays ne devraient pas pouvoir être ici, croit une citoyenne. Qu'ils nous laissent tranquilles.»

Certains fidèles ont quitté le mouvement, mais d'autres persistent dans leur croyance.

«Il faut continuer de faire de la prévention. C'est faux de croire que ce sont seulement des gens vulnérables qui se font entraîner», a insisté la présidente d'Info-Secte, Carole Tremblay.

Personne n'a voulu faire de commentaires à l'Église essénienne chrétienne.

Pendant ce temps, la Ville espère que le jugement ordonnant la démolition de plusieurs bâtiments sera effectif rapidement.