/elections
Navigation

Immigration: l’Union des municipalités veut des solutions à la pénurie de main-d’oeuvre

<b>Régis Labeaume</b><br /><i>Maire de Québec</i>
Photo Jean-François Desgagnés Régis Labeaume
Maire de Québec

Coup d'oeil sur cet article

Les maires du Québec sont irrités par le débat qui entoure les seuils d’immigration durant la campagne électorale, pestant que les chefs devraient se concentrer sur une manière de régler la pénurie de main-d’œuvre.

Le maire de Québec, Régis Labeaume, a été le premier vendredi matin lors de son discours d’ouverture au Sommet des municipalités à soulever l’absurdité du débat sur les seuils d’immigration. Il a vivement reproché aux candidats au poste de premier ministre du Québec d’axer leurs promesses seulement sur le nombre de nouveaux arrivants qu’ils accueilleraient.

« Le plus gros problème économique en ce moment est la rareté de la main-d’œuvre. C’est un manque dramatique. C’est une épée de Damoclès au-dessus de l’économie de nos villes et nos régions », a avisé le maire de Québec. « [...] Tout ce qu’on entend en ce moment, c’est une bataille de chiffres sur des seuils d’immigration. Ce n’est pas un plan de développement de main-d’œuvre. »

Débat idéologique

De son côté, le président de l’Union des municipalités du Québec (UMQ) et maire de Drummondville, Alexandre Cusson, souligne que la question des seuls migratoires est « théorique » et qu’il ne s’agit « clairement pas d’un enjeu électoral » pour les maires.

« On a l’impression qu’on est dans un débat qui est purement idéologique, qui est trop théorique. On n’embarque pas là-dedans, c’est une perte de temps », a affirmé l’élu qui a visité plus d’une trentaine de municipalités récemment, et ce, sans jamais entendre parler une seule fois de seuils migratoires.

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, abonde dans le même sens. « Le débat sur l’immigration, oui, m’irrite énormément. Parce qu’au final, ce qu’on se rend compte, c’est que toutes les villes à travers la province ont un manque flagrant de main-d’œuvre », a-t-elle signalé.

Contre la baisse

Le premier ministre Philippe Couillard a sauté sur l’occasion pour critiquer la promesse du caquiste François Legault de baisser le seuil d’immigration.

Selon M. Couillard, Régis Labeaume lui a même dit, lors de sa rencontre en privé à l’hôtel de ville de Québec vendredi, qu’il est contre les baisses promises par la CAQ. « Il serait opposé à ce qu’on fasse même une pause dans le nombre de personnes qu’on accueille », a ajouté Philippe Couillard.

François Legault avait indiqué en avant-midi que Régis Labeaume avait raison de critiquer le débat sur l’immigration, blâmant Philippe Couillard pour l’exode des nouveaux arrivants et leur concentration sur l’île de Montréal.

– Avec la collaboration de Charles Lecavalier et Marc-André Gagnon