/news/currentevents
Navigation

Il vend de la viande périmée à ses employés

Le congédiement du directeur du Maxi vient d’être annulé par le Tribunal administratif du travail

Coup d'oeil sur cet article

La chaîne Maxi devra reprendre un directeur qui vendait à ses employés-cadres des pièces de viande périmées à des coûts dérisoires.

En août 2015, les pertes de produits au rayon des viandes du magasin Maxi de La Prairie dépassaient les normes établies par l’entreprise.

Le directeur de l’établissement, Guy Boulanger, a alors tenté de remédier à cette situation.

Il a instauré une pratique de vente de produits de viande périmés à l’équipe de gestion du magasin, soit pour les gérants, la technicienne en administration et lui-même.

Des prix d’amis

Les acheteurs bénéficiaient de prix très avantageux. Ainsi, une transaction effectuée le 31 janvier 2016 montre que des poitrines de poulet se vendant normalement 12,99 $ ont été laissées à 4 $, et des raviolis au prix de 3,97 $ ont été vendus à 0,50 $.

Ces ventes étaient alors comptabilisées comme faisant partie de la politique de « prix imbattables » de la bannière Maxi, et échappaient donc au contrôle des pertes.

Cette pratique a alors permis au magasin d’améliorer ses résultats financiers et d’entraîner une diminution des pertes à un niveau de 4 %, près des normes de Maxi qui sont de 3 %.

Après avoir remarqué des anomalies, Guy Boulanger a alors été rencontré par l’entreprise. L’employé a été congédié le 17 mars 2016.

Jugeant ce traitement injuste, l’ex-directeur a déclenché une poursuite envers son employeur.

Renvoi précipité

Compte tenu de ses 28 ans de service sans tache à son dossier et du fait que ses intentions étaient dirigées de façon bienveillante envers la compagnie, le Tribunal administratif du travail a conclu le 7 septembre que le congédiement était exagéré.

Le renvoi de M. Boulanger a donc été substitué en suspension de trois mois sans traitement.