/sports/football
Navigation

Le début de l’ère Josh Allen

FBN-SPO-CINCINNATI-BENGALS-V-BUFFALO-BILLS
Photo AFP Josh Allen a connu de bons et de moins bons moments en matchs préparatoires, avant de compléter six de ses 15 passes en relève à Nathan Peterman, dimanche dernier, face aux Ravens.

Coup d'oeil sur cet article

Dans un monde idéal, les Bills de Buffalo allaient se montrer patients et le quart-arrière Josh Allen allait studieusement parfaire ses connaissances sur le banc. L’équipe allait éviter de précipiter dans la jungle une recrue sans qu’il ait tous les outils à sa disposition pour favoriser sa réussite. La NFL, toutefois, offre rarement un monde idéal.

Après seulement une semaine, l’ère Josh Allen prend son envol à Buffalo. Pour certains quarts recrues, qui ont fait face à une solide opposition dans les rangs universitaires et qui affichent une mécanique intraitable en plus d’être bien entourés à l’offensive, plus vite ils sont lancés dans le bain, mieux c’est.

Ce n’est pas le cas pour Allen, même s’il pourrait potentiellement déjouer les évaluations pratiquement unanimes à son sujet.

Son manque de précision est bien documenté, particulièrement quand il se retrouve en mouvement lorsque sa pochette protectrice se désintègre. Et c’est un scénario qui risque de se produire derrière la ligne offensive des Bills, qui a perdu trois partants de qualité depuis la fin de la saison dernière.

Son bras supersonique, sur lequel il s’est souvent appuyé durant ses années à Wyoming, devra être raffiné dans une ligue où l’opposition n’offre pas de passe-droit à la Gardner-Webb, Texas State ou New Mexico.

À sa disposition, mis à part LeSean McCoy (qui pourrait être distrait par sa situation judiciaire) et Kelvin Benjamin, ce n’est pas la joie.

Pas le choix

Malgré tous ces facteurs accablants, les Bills ont pris la décision qui s’imposait. Sans l’ombre d’une parcelle de doute.

Pourquoi ? Parce que durant la saison morte, ils sont allés chercher A.J. McCarron, mais la rumeur voulait qu’au camp d’entraînement il soit insatisfait de son sort et l’équipe l’a envoyé à Oakland.

Ne restait donc que l’immortel Nathan Peterman en guise d’ultime rempart entre Allen et son arrivée précoce sur le terrain. Or, croire en Peterman pour protéger le joyau à polir, ce n’était que l’inévitable mirage d’une ligne Maginot à Buffalo...

Ce cher Peterman, c’est bien connu, a lancé sept interceptions en trois départs à ce jour. Dimanche dernier contre les Ravens, il n’a amassé que 24 verges en 10 séries offensives. À ce jour en situation de troisième essai, il a complété deux de ses 12 passes pour 14 verges. Devant pareil naufrage, aussi bien déserter le radeau tissé d’incompétence pour tenter de regagner la berge à la nage !

De l'espoir

Même s’il s’agissait d’un choix polarisant au dernier repêchage, difficile de nier le talent, les qualités athlétiques et la puissance du bras de Josh Allen.

Le jeune homme apprendra certes à la dure, mais rien de tel pour voir ce qu’il a dans le ventre. À Wyoming, il a pris l’habitude chaque semaine de courir pour sa vie et, en ce sens, il ne sera pas dépaysé.

Personne de sensé n’exigera de lui qu’il propulse les Bills en séries dès cette année. Pas avec le personnel offensif en place autour de lui. Mais ne serait-ce que pour mettre fin à la séance de torture imposée par Peterman, les Bills font bien de remettre les clés à Allen.

 

SEMAINE 2

JEUDI

MON CHOIX

Baltimore à Cincinnati RAVENS

DIMANCHE

MES CHOIX

Caroline à Atlanta (13 h) FALCONS

Indianapolis à Washington (13 h) REDSKINS

Houston au Tennessee (13 h) TEXANS

Philadelphie à Tampa Bay (13 h) EAGLES

Kansas City à Pittsburgh (13 h) STEELERS

Miami à NY Jets (13 h) JETS

LA Chargers à Buffalo (13 h) CHARGERS

Minnesota à Green Bay (13 h) PACKERS

Cleveland à La Nouvelle-Orléans (13 h) SAINTS

Detroit à San Francisco (16 h 05) 49ERS

Arizona à LA Rams (16 h 05) RAMS

Nouvelle-Angleterre à Jacksonville (16 h 25) JAGUARS

Oakland à Denver (16 h 25) BRONCOS

NY Giants à Dallas (20 h 20) COWBOYS

 

LUNDI

MON CHOIX

Seattle à Chicago (20 h 15) BEARS

RÉSULTATS DE LA SEMAINE DERNIÈRE

9 en 16 (56,3%)

 

LES CHOIX DU JOURNAL

 

 

Panthers de la Caroline (1-0) vs Falcons d’Atlanta (0-1)

LACUNES À EXPLOITER

La défensive des Falcons a perdu de bons éléments versatiles en Keanu Neal et Deion Jones, ce qui est de bon augure pour le porteur des Panthers Christian McAffrey, régulièrement déployé en support dans le jeu aérien. Au sol, Cam Newton pourrait aussi faire des ravages dans ce contexte. Toutefois, les Falcons misent sur une attaque plus complète et dont les receveurs devraient exploiter une tertiaire plutôt louche.

 

Colts d’Indianapolis (0-1) vs Redskins de Washington (1-0)

DEUX ÉQUIPES TRANSFORMÉES

Andrew Luck a démontré qu’avec lui, les Colts ne s’annoncent plus comme la proie facile de l’an dernier. Même constat chez les Redskins avec Alex Smith, qui a complété 70% de ses passes dimanche dernier avec sa nouvelle équipe. Fidèle à ses habitudes, Smith repère avant tout ses porteurs et son ailier rapproché en zone intermédiaire, une partie du terrain où les Colts n’ont pas la vitesse pour limiter les dégâts.

 

Texans de Houston (0-1) vs Titans du Tennessee (0-1)

DUR DÉPART

Les deux rivaux de division se sont chacun cognés le nez à la semaine 1, mais l’horizon semble plus nébuleux pour les Titans avec leur quart-arrière Marcus Mariota encore amoché (coude) et qui devrait partager le jeu avec Blaine Gabbert. Difficile d’imaginer le plan des Titans à cet effet... Ses deux bloqueurs partants et efficaces sont sur la touche et le front défensif talentueux des Texans salive déjà. La ligne offensive des Texans laisse craindre le pire, mais les Titans ne sont pas à ce jour les plus grands chasseurs de têtes.

 

Eagles de Philadelphie (1-0) vs Buccaneers de Tampa Bay (1-0)

RETOUR SUR TERRE

Les Buccaneers ont gouté à la gloire en entrée la semaine dernière. Pas cette fois en deuxième service! La défensive a subi quelques coups durs, dont la perte du demi de coin Vernon Hargreaves. Déjà, les Bucs n’étaient pas exactement fiables pour défendre la passe... Ce sera un plus pour le quart des Eagles Nick Foles, qui a oublié la semaine dernière d’enfiler sa cape de Superman du Super Bowl.

 

Chiefs de Kansas City (1-0) vs Steelers de Pittsburgh (0-0-1)

DÉJÀ UN MATCH CRUCIAL

Pour les Steelers, une défaite serait inquiétante. Il est permis de se demander si l’épisode Le’Veon Bell a créé des frictions dans le vestiaire et tout doute doit être dissipé à Pittsburgh, où l’équipe joue généralement bien (24-8 depuis quatre ans). La vitesse des receveurs des Chiefs fera mal à l’occasion, mais les Steelers, auteurs de sept sacs dimanche dernier, se rendront toutefois à Pat Mahomes pour lui faire la vie dure.

 

Dolphins de Miami (1-0) vs Jets de New York (1-0)

DES DÉPARTS CANON !

Les Jets et Dolphins sont deux des clubs qui ont impressionné la semaine dernière. Les Jets ont marqué dans toutes les facettes du jeu et leur défensive n’a donné que 2,6 verges par la course. On ne peut même pas appeler ça des peanuts! Duel intéressant en perspective, puisque les Dolphins ont couru avec aisance (120 verges). Les deux rivaux ont partagé leurs dix derniers duels. Sam Darnold fera encore parler de lui. En bien!

 

Chargers de Los Angeles (0-1) vs Bills de Buffalo (0-1)

REGAIN DE VIE NÉCESSAIRE

Le fait que les Bills soient en transition n’a rien d’une surprise. Mais pas au point d’avoir l’air à ce point de tristes figurants face aux Ravens. Ils misent sur une tertiaire clairement supérieure à ce qu’ils ont montré, mais pas assez pour limiter l’attaque aérienne de Phillip Rivers. C’est un long voyage pour les Chargers, mais ils ne seront pas moins à la maison que dans leur stade envahi.

 

Vikings du Minnesota (1-0) vs Packers de Green Bay (1-0)

LA REVANCHE DE RODGERS

Aaron Rodgers devrait être en uniforme, même si les chances sont de 50-50 selon les Packers. Il jure qu’il est passé à autre chose, mais il aura envie de donner la fessée aux Vikings. L’an dernier, le secondeur Anthony Barr lui avait coûté sa saison avec un plaqué discutable. Rodgers ne sera pas à 100%, ce qui n’a rien d’idéal face à une défensive comme celle des Mauves. Mais chez lui, même à 70% de ses capacités et motivé comme jamais, je ne parierais pas contre lui.

 

Browns de Cleveland (0-0-1) vs Saints de La Nouvelle-Orléans (0-1)

UNE AUTRE SURPRISE?

Les Browns peuvent-ils encore faire trembler un géant? Ce serait étonnant dans un context où les Saints jouent dans leur bruyant stade, après avoir été déculottés par les Bucs. C’était probablement le coup de pied au derrière qui leur manquait. Les Browns, défensivement, devraient tenir leur bout, mais il est difficile de contenir entièrement une attaque comme celle des Saints et la bande de Tyrod Taylor suivra difficilement le rythme.

 

Lions de Detroit (0-1) vs 49ers de San Francisco (0-1)

DÉJÀ DE LA BISBILLE?

Après avoir été la honte nationale du lundi soir, les Lions sont semble-t-il déjà à couteaux tirés avec leur nouveau patron, Matt Patricia. L’ancien des Patriots imposerait trop de règles et un horaire trop serré. Avec la culture de médiocrité qui gangrène cette organisation depuis des millénaires, Patricia peut mettre les règles qu’il veut. Cette fois, c’est l’ailier défensif DeForest Buckner qui fera la vie dure à Matthew Stafford.

 

Cardinals de l’Arizona (0-1) vs Rams de Los Angeles (1-0)

PAS DE TAILLE

Les Cardinals ont été indigestes à l’attaque contre une défensive qui n’a rien à voir avec celle des Rams, qui n’en feront qu’une bouchée. Ça sent le festin Todd Gurley à plein nez, sachant que même le vétéran Adrian Peterson s’est amusé face aux Cardinals dimanche passé. L’admirable Larry Fitzgerald risque de se faire embouteiller face à Aqib Talib et Marcus Peters, un duo qui ne pardonne pas.

 

Patriots de la Nouvelle-Angleterre (1-0) vs Jaguars de Jacksonville (1-0)

PRISE DEUX !

Voilà un duel alléchant mettant aux prises les deux finalistes de la conférence américaine la saison dernière. Sans receveurs de grande qualité et loin de leur forteresse, les Patriots ne l’auront pas facile et la défensive de feu des Jaguars pourra se concentrer à freiner Rob Gronkowski. L’attaque des Jaguars devra contrôler le ballon longuement, mais garder le cap au quatrième quart. C’est leur tour de gagner.

 

Raiders d’Oakland (0-1) vs Broncos de Denver (1-0)

LES TEMPS SONT DURS

L’enthousiasme contagieux qui prévalait à Oakland lors de l’embauche de Jon Gruden s’évapore à une vitesse folle. Les Raiders n’ont appliqué la pression qu’à cinq reprises sur le quart-arrière Jared Goff lundi dernier, soit le nombre le plus bas dans la NFL. À l’attaque, on semble incapable de trouver Amari Cooper depuis l’an dernier. Le retour de Martavis Bryant ne changera pas le portrait. Avec un quart-arrière bien protégé, les Broncos seront en voiture.

 

Giants de New York (0-1) vs Cowboys de Dallas (0-1)

PRESCOTT DOIT SE RESSAISIR

Les Cowboys éprouvent des ennuis à l’attaque et tôt ou tard, il faudra regarder du côté de Dak prescott plutôt que de ses receveurs. La saison 2018 a commencé à l’image de celle de l’an dernier et dans sept de ses 11 derniers matchs, il n’a pas lancé de passe de touché. Néanmoins, je mise sur les Cowboys parce qu’ils ont gagné sept des dix derniers matchs face aux Giants. Et les Giants ont perdu neuf de leurs 11 derniers duels de division sur la route.

 

Seahawks de Seattle (0-1) vs Bears de Chicago (0-1)

GARE AUX OURS!

Les Bears semblent miser sur une défensive qui peut s’élever rapidement parmi les meilleures du circuit. Et la bonne nouvelle, c’est qu’ils n’affronteront pas Aaron Rodgers au quatrième quart à toutes les semaines! Khalil Mack semble possédé et sa proie Russell Wilson est souvent laissé sans protection. L’entraîneur-chef Matt Nagy a trop perdu de vue le jeu au sol en deuxième demie et ne refera pas la même erreur lundi soir.