/news/politics
Navigation

Maxime Bernier lance le Parti populaire du Canada

Des partisans du député Maxime Bernier estiment que sa nouvelle formation porte un nom «communiste»

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Le nom de la nouvelle formation politique de Maxime Bernier, le Parti populaire du Canada, est loin de faire l’unanimité chez ses partisans, qui sont nombreux à lui trouver une connotation communiste.

« Ce nom n’inspire personne qui penche plus à droite que le NPD », ironise Ken Gordon sur la page Facebook dédiée aux fans ontariens de Mad Max.

« C’est un très mauvais nom, renchérit Jayne Huddleston. On dirait un parti dans un pays communiste. »

« J’aime Max, mais son choix de nom de parti est plutôt malheureux, car Parti populaire ressemble plus à quelque chose associé à la Chine », écrit sur Twitter une personne qui se présente sous le pseudonyme de Canadian Patriot.

Nom d’un parti de gauche

Le professeur de science politique de l’Université de l’Alberta, Frédéric Boily, a lui aussi sursauté en entendant le nom choisi par M. Bernier. Il rappelle que le même nom a été utilisé aux États-Unis par un mouvement de gauche qui a fini par se fondre dans le Parti démocrate au tournant du XXe siècle.

Maxime Bernier s’est présenté seul devant la presse pour lancer sa formation politique, vendredi, trois semaines après avoir claqué la porte du Parti conservateur. Il soutient que le nom de son parti reflète sa volonté d’accorder « la priorité aux Canadiens ordinaires ».

Se décrivant comme un « populiste intelligent », M. Bernier a repris ses thèmes de prédilection, soit les libertés individuelles, la réduction de la taille de l’État et l’immigration.

Racistes non bienvenus

Maxime Bernier a semé la controverse après avoir déclaré récemment que plus de diversité « détruira » le Canada. Accusé par ses adversaires de souffler sur les braises de l’intolérance, il a assuré devant les journalistes, vendredi, que les personnes racistes, antisémites ou xénophobes ne sont pas les bienvenues chez lui.

Il croit néanmoins qu’une réduction des seuils d’immigration s’impose. Il souhaite établir un nouveau système qui favorise l’immigration économique aux dépens de la réunification familiale et des réfugiés.

Le député de Beauce ne s’est pas formalisé lorsqu’un journaliste lui a rappelé qu’aucun de ses anciens collègues ne s’est joint à son aventure.

« Je ne veux pas de leur appui. Plusieurs sont hypocrites. Ils défendent des idées publiquement alors qu’ils tiennent le discours inverse en privé », a-t-il expliqué, donnant en exemple l’enjeu de la gestion de l’offre.

En coulisses, des membres de la grande famille conservatrice se sont réjouis de voir M. Bernier présenter son nouveau parti seul, sans appui important.