/opinion/columnists
Navigation

Un débat sans grand gagnant

Coup d'oeil sur cet article

Difficile de voir un grand gagnant dans le premier débat des chefs diffusé hier soir. Voici quelques observations concernant leur performance.

Couillard

Le premier ministre sortant devait impérativement passer en deuxième vitesse. La campagne « ronron, petit patapon » qu’il tenait jusqu’à hier ne menait son parti nulle part. Il avait le double défi de défendre son bilan, tout en présentant la vision d’avenir de son parti. Monsieur Couillard avait assurément le bon ton. En contrôle, respectueux, il aura somme toute bien manié la défense de son bilan et les attaques envers la CAQ.

Legault

Le meneur dans les sondages s’attendait à être la cible de choix de tous les candidats. François Legault devait éviter de trébucher. Sur le fond, il aura réussi à bien défendre son programme et aura été fort efficace à certains moments. Sur la forme, c’était plus difficile. L’image et le style de monsieur Legault demeureront toujours son tendon d’Achille. Reste à voir si cela aura été suffisant pour faire déchanter un grand nombre d’électeurs qui étaient jusqu’alors tentés de voter pour son parti.

Lisée

Les attentes envers Jean-François Lisée étaient stratosphériques. Le chef péquiste devait absolument casser la baraque pour espérer lancer son parti dans une remontée fulgurante. Aura-t-il réussi son pari? Il a été bon, très bon même. Mais lui qui avait dit vouloir équilibrer la sauce tabasco et la verveine dans son smoothie du jour, force est de constater que la sauce piquante aura pris le dessus. Pas certain que l’agressivité excessive aura donné le goût aux électeurs de prendre une bière avec lui, comme il le souhaitait.

Massé

Les attentes étaient basses pour Manon Massé, alors que son parti n’est pour ainsi dire jamais attaqué, celui-ci n’ayant aucune chance de gouverner. Malgré cela, elle n’aura tout simplement pas fait le poids. La chef solidaire était carrément hors-jeu.