/news/health
Navigation

Une fondation achète une clinique médicale

daniel-desjardins
Photo courtoisie Daniel Desjardins
Directeur général

Coup d'oeil sur cet article

Pour la première fois au Québec, une fondation va gérer une clinique médicale afin d’éviter sa fermeture et que des milliers de patients se retrouvent sans médecin.

« Nous ne serons jamais juste une fondation pour quêter de l’argent. Lorsque nous parlons de maintenir et améliorer les services de proximité, il faut que les bottines suivent les babines », lance le directeur général de la Fondation médicale des Laurentides et des Pays-d’en-Haut, Daniel Desjardins.

Trois retraites

Avec le départ à la retraite de trois médecins d’ici 18 mois de la seule clinique médicale de Sainte-Adèle, près de 15 000 patients des Laurentides risquaient de devenir orphelins.

Ces médecins avaient fondé la Clinique médicale Sainte-Adèle et même si sept omnipraticiens y travaillaient au total, ils peinaient à trouver une relève pour assurer la gestion de l’établissement.

Les nouveaux médecins ne s’intéressent pas à la gestion, explique M. Desjardins.

Ainsi, la clinique aurait vraisemblablement fermé ses portes.

Interpellée, la Fondation a choisi d’intervenir pour préserver les soins à la population. Elle se porte ainsi acquéreuse de la clinique et de sa bâtisse, pour un montant gardé confidentiel.

Les médecins ont accepté de vendre sur 10 ans, sans intérêt. Car Daniel Desjardins est catégorique, les dons recueillis par la Fondation ne doivent pas servir à cet achat.

La transaction sera financée par les profits de la clinique et les loyers que payent les autres locataires, comme un pharmacien et un optométriste.

La Fondation a aussi une boutique d’articles et de vêtements usagés pour renflouer ses coffres.

Selon M. Desjardins, il est essentiel pour son organisme d’avoir certaines activités commerciales plutôt que de ne compter que sur les dons.

Super clinique

Le travail de la Fondation ne s’arrêtera pas là. Depuis plusieurs années, la clinique n’offrait plus de sans rendez-vous puisque tous les médecins avaient atteint un nombre limite de patients.

Daniel Desjardins veut attirer plus d’omnipraticiens et faire de l’établissement une clinique ouverte sept jours sur sept, douze heures par jour, pour desservir la population qui n’a souvent pas d’autres choix que de se rendre à l’urgence de Sainte-Agathe-des-Monts.

La Fondation deviendra officiellement gestionnaire de la clinique le 1er janvier prochain.