/entertainment/music
Navigation

Une nouvelle génération de fans des Beatles émerge

Des jeunes milléniaux préfèrent la musique des Fab Four au hip-hop ou à la pop contemporaine

Luc Lefebvre , Marjorie Delisle  et  leurs trois fils de  6-9-11 ans qui sont tous des fans des Beatles.
Photo Chantal Poirier Luc Lefebvre , Marjorie Delisle et leurs trois fils de 6-9-11 ans qui sont tous des fans des Beatles.

Coup d'oeil sur cet article

Presque 60 ans après leur formation, les Beatles ne cessent de gagner de nouveaux admirateurs. À quelques jours du retour de Paul McCartney au Québec, Le Journal vous présente cette nouvelle génération de Beatlemaniaques. Grâce à eux, la légende du plus célèbre groupe de l’histoire du rock n’est pas près de s’éteindre.

Une passion familiale

Chez les Lefebvre, la Beatlemania se vit en famille. Membre d’un groupe hommage aux Beatles, papa Luc a réussi à transmettre sa passion à ses fils Xavier, Félix et Paul-Henri, âgés de 11, 9 et 6 ans.

« Quand on se promène en auto, ce n’est jamais trop long qu’un disque des Beatles se met à jouer. Et ce sont eux qui le demandent », raconte en riant Luc Lefebvre.

Les gamins Lefebvre ont développé leur intérêt pour les Beatles de façon toute naturelle, en accompagnant leur père dans ses spectacles alors qu’ils étaient encore en couches. Depuis, les Fab Four font partie intégrante de leur univers.

« Ils en écoutent presque tous les jours et ils jouent de la musique ensemble pour s’amuser. Chacun joue un rôle, il y en a un qui est Paul, l’autre est George... »

Quand il les regarde aller, Luc se prend à rêver. « Qui sait si un jour on ne formera pas un groupe avec les enfants ? Je ne les forcerai jamais, mais si chacun développe un talent musical comme c’est parti, on ne sait pas. Ça ferait plaisir au père. »

Tous ensemble au Centre Bell

Peu importe ce qu’il adviendra, Luc et Marjorie Delisle, la mère des enfants, possèdent déjà une anecdote à faire rougir de jalousie tous les fans du groupe. En 2011, au Centre Bell, alors qu’elle était enceinte du petit dernier, Marjorie avait été invitée à monter sur scène pour faire signer sa bedaine par Paul McCartney.

Le prénom du cadet de la famille, Paul-Henri, remplit même une promesse faite par la maman à son idole lors de cette rencontre mémorable.

Sept ans plus tard, Paul-Henri et ses frères verront Sir Paul pour la première fois de leur vie avec leurs parents, jeudi prochain, dans ce même Centre Bell. « Ils ont hâte », confie le papa, qui s’attend à une soirée chargée en émotions.

« La boucle va être bouclée. Leur présence au spectacle revêt une signification particulière étant donné que je suis un maniaque des Beatles. Quand je l’ai vu pour la première fois en 2002, c’était mémorable parce que je ne pensais jamais le voir de ma vie et je me retrouvais devant un Beatles. Pour les enfants, je suis certain que ça va être un moment exceptionnel. »

« C’est un tout autre univers »

Lara Guay, une ado de 14 ans fan des Beatles qui va assister au show de Paul McCartney,
Photo Pascal
Lara Guay, une ado de 14 ans fan des Beatles qui va assister au show de Paul McCartney,

À son école, Lara Guay est la seule de son camp. Personne parmi les amis de cette adolescente de 14 ans ne partage son amour inconditionnel pour les Beatles.

« Mais tout le monde me connaît pour ça », lance cette jeunesse de Lévis, timide d’approche, mais qui s’enflamme dès qu’on lui parle de son groupe favori.

Lara fait fièrement partie d’une nouvelle génération de fans des Fab Four que nous vous présentons dans ce reportage. Appelons-les, les Beatlemaniaques de l’an 2000.

Pendant que les jeunes de leur âge se nourrissent de hip-hop et de pop, ces milléniaux préfèrent se tourner vers la musique d’une formation des années 1960 qui faisait chavirer leurs grands-parents.

Lara dit être tombée en amour avec les Beatles quand elle a écouté pour la première fois l’album Abbey Road, il y a deux ans. « J’ai eu un coup de foudre », dit-elle.

« La musique populaire d’aujourd’hui est souvent faite à l’ordinateur et les chansons se ressemblent toutes. Mais sur Abbey Road, tout est différent et c’est un tout autre univers. »

Le costume de Paul

Vinyles, affiches, personnages Lego, biographies : depuis son coup de foudre, la chambre de Lara se transforme lentement mais sûrement en un musée dédié aux Beatles.

Un article accroché au mur ne laisse d’ailleurs aucun doute sur son Beatles favori. Après de patientes recherches sur le web, Lara a réussi à dénicher une réplique du costume bleu porté par Paul McCartney sur la pochette de l’album Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band.

Avec l’aide de sa mère, qui l’a ajusté à sa taille et qui a ajouté les écussons et la médaille, Lara est prête à le porter pour un événement bien spécial : son tout premier concert de Paul McCartney, lundi, au Centre Vidéotron.

« J’avais vu Beatles Orchestra au Capitole et j’étais certaine que ce serait le plus proche que je m’approcherais de mes idoles. Je ne pensais pas que Paul reviendrait au Québec aussi rapidement. Quand il l’a annoncé, j’ai beaucoup pleuré », partage la jeune fille, dont le compte Instagram est entièrement consacré à ses idoles.

Avec grand-papa

Lundi soir, Lara sera accompagnée de son grand-papa, Jacques Roy, celui qui lui a transmis cette passion pour les Beatles.

« Elle fait remonter des souvenirs de mon adolescence », confie M. Roy, en posant un regard attendri sur sa petite-fille.

En plus de susciter la fierté de son grand-père, l’admiration de Lara pour les Beatles a même un côté pratico-pratique. Sa connaissance de l’anglais s’est spectaculairement améliorée.

« Au début de l’année dernière, je n’étais pas capable de dire une phrase en anglais, ni d’écrire ou de lire. Mais juste à écouter leur musique, chanter et lire des textes sur eux, je suis devenue presque bilingue en quelques mois. »

8 fans s’expriment

Carol Ann Therrien

21 ans | Chute-Saint-Philippe

Luc Lefebvre , Marjorie Delisle  et  leurs trois fils de  6-9-11 ans qui sont tous des fans des Beatles.
Photo courtoisie

« J’avais cinq ou six ans quand j’ai commencé à écouter les Beatles. Quand mon père venait me chercher en voiture, il me demandait quelle chanson je voulais mettre et je répondais chaque fois All You Need Is Love. Il mettait le volume au maximum et on chantait à tue-tête. »

Mélody Pépin

17 ans | Val-d’Or

Luc Lefebvre , Marjorie Delisle  et  leurs trois fils de  6-9-11 ans qui sont tous des fans des Beatles.
Photo courtoisie

« J’ai découvert les Beatles grâce au jeu Rock Band à l’âge de neuf ans. Ils sont depuis mon groupe favori, car, à chaque étape de ma vie, il y avait un album qui m’accompagnait. Mon rêve était de voir Paul McCartney en spectacle et le 17 septembre, je vais faire les 10 heures de route nécessaires pour le réaliser. »

Utopia Talbot

18 ans | Québec

Luc Lefebvre , Marjorie Delisle  et  leurs trois fils de  6-9-11 ans qui sont tous des fans des Beatles.
Photo courtoisie

« Je suis fan depuis l’âge de huit ans. Ils sont uniques, que ce soit pour leurs paroles peace and love ou leurs harmonies vocales. Ils sortent vraiment de l’ordinaire. Je vais vivre mon premier concert d’un Beatles le 17 septembre. »

Gabrielle Côté

23 ans | Québec

Luc Lefebvre , Marjorie Delisle  et  leurs trois fils de  6-9-11 ans qui sont tous des fans des Beatles.
Photo courtoisie

« J’ai dû regarder le film Across the Universe plus de 250 fois. Pendant des mois, je regardais le film jusqu’à cinq fois par semaine, car il y a tant de liens sur les Beatles à découvrir. Encore aujourd’hui, je comprends de nouvelles scènes ou des dialogues du film. »

Maude Zulauff

18 ans | Compton

Luc Lefebvre , Marjorie Delisle  et  leurs trois fils de  6-9-11 ans qui sont tous des fans des Beatles.
Photo courtoisie

« À neuf ans, je les trouvais irrésistibles. Il y a une chanson pour toutes les occasions. Par exemple, Magical Mystery Tour me rappelle mon voyage en Suisse en 2010, quand je fus réunie avec ma famille, et While My Guitar Gently Weeps raconte mon secondaire cinq, qui n’a pas été une année facile, mais les Beatles étaient là pour moi. »

Antoine Greco

20 ans | Québec

Luc Lefebvre , Marjorie Delisle  et  leurs trois fils de  6-9-11 ans qui sont tous des fans des Beatles.
Photo courtoisie

« J’ai économisé pendant un an pour faire un pèlerinage “Beatles” en Angleterre cette année. J’ai marché sur Abbey Road, visité la maison de Paul, Ringo, George et John. Le moment le plus mémorable était devant la porte de Strawberry Fields. »

Helena Ekmekdje

20 ans | Brighton, Angleterre

« Lorsque j'avais 14 ans, j'ai décidé d'écouter tous les albums des Beatles, j'ai cliqué sur aléatoire dans mon iPod et après des dizaines de chansons, Oh ! Darling est passée. Elle a changé ma vie. J'ai ressenti tellement d'émotions que c'est à ce moment-là que j'ai décidé de me mettre réellement à la musique et de vaincre ma peur de chanter devant des gens. »

Jimmy Mayer

19 ans | Saint-Jérôme

« J'ai découvert les Beatles pendant que j'écoutais le film Forrest Gump dans lequel il y a une entrevue avec John Lennon, et où ils nous font croire que c'est Forrest qui lui a inspiré la chanson Imagine en décrivant son expérience à la guerre du Vietnam. J'ai su instinctivement que j'allais aimer cette chanson et c'est à ce moment que j'ai commencé à avoir une dépendance aux Beatles. »