/sports/huntfish
Navigation

Aux aguets dans le mirador

«La plus importante cause d’accidents à la chasse» est l’utilisation d’une plateforme par les chasseurs

Une fois installé en toute sécurité sur votre mirador, vous pourrez profiter pleinement de votre poste de guet pour surprendre votre gibier.
Photo courtoisie Une fois installé en toute sécurité sur votre mirador, vous pourrez profiter pleinement de votre poste de guet pour surprendre votre gibier.

Coup d'oeil sur cet article

Outil principal de nombreux chasseurs à l’affût, le mirador (tree stand) offre des possibilités intéressantes à ceux en quête d’un trophée de chasse. Mais l’utilisation de ces plateformes postées en hauteur reste « la plus importante cause d’accidents à la chasse » et les chasseurs doivent redoubler de prudence s’ils ne veulent pas terminer leur périple à l’hôpital.

Autant le mirador peut être utile, autant il peut causer des problèmes. Il faut respecter des règles de sécurité essentielles à l’utilisation de ces plateformes qui se retrouvent en hauteur.

« Il est certain que le mirador offre des possibilités très intéressantes pour le chasseur, mais encore faut-il que son utilisation soit faite de façon sécuritaire », affirme Alain Cossette, directeur général de la Fédération québécoise des chasseurs et des pêcheurs (FédéCP).

Une fois installé en toute sécurité sur votre mirador, vous pourrez profiter pleinement de votre poste de guet pour surprendre votre gibier.
Photo courtoisie

« Il faut bien se positionner pour profiter au maximum de son installation en hauteur. Là-dessus­­­, je ne suis pas inquiet pour les chasseurs. C’est plutôt sur le plan de la sécurité que je me pose beaucoup de questions. Il faut savoir que la plus importante cause d’accidents à la chasse, c’est l’utilisation d’un mirador. Les gens s’endorment et tombent en bas ou encore ils tombent en montant à l’arbre pour rejoindre leur mirador. Pour éviter des ennuis qui peuvent s’avérer graves allant même jusqu’au décès, il y a des règles simples à suivre. »

Pour ce spécialiste, il y a une chose importante à respecter au départ. « Je conseille toujours d’utiliser des miradors avec une échelle intégrée au lieu d’utiliser un système que l’on implante dans l’arbre que l’on a choisi. Personnellement, je me sens plus en sécurité lorsque je monte vers la plateforme. »

Harnais nécessaire

Il ne faut jamais monter dans un arbre sans un harnais de sécurité afin d’éviter de tomber au sol et de se blesser. Une fois installé sur votre mirador, il faut vous attacher pour éviter de chuter par inattention ou encore si vous vous endormez. « Plusieurs personnes se sont blessées gravement. Certains se sont même retrouvés paraplégiques à la suite d’une chute », d’expliquer le spécialiste.

Une fois installé en toute sécurité sur votre mirador, vous pourrez profiter pleinement de votre poste de guet pour surprendre votre gibier.
Photo courtoisie

Lorsque vous montez vers votre mirador, il est conseillé de toujours avoir au moins trois points d’appui sur votre échelle, à savoir deux jambes et une main ou deux mains et une jambe. Il ne faut pas prendre cela à la légère, d’autant que lorsque l’on monte dans ce genre d’installation pour faire le guet, on est souvent vêtu de façon importante pour garder sa chaleur. Les mouvements deviennent alors plus difficiles.

Ne jamais monter chargé

Pour Cossette, une des règles les plus importantes à respecter, c’est de ne jamais monter vers notre mirador avec tout le matériel sur le dos ou dans les bras.

« C’est sans contredit la pire des choses à faire. Une fois que vous êtes monté et bien assis, vous pouvez utiliser des cordes pour remonter vers vous votre matériel et votre engin de chasse. Assis et sécurisé, les mouvements seront plus faciles. Il ne faut jamais improviser. Il faut faire très attention et se rappeler qu’en tout temps, c’est la sécurité qui prime. »

Une fois installé en toute sécurité sur votre mirador, vous pourrez profiter pleinement de votre poste de guet pour surprendre votre gibier.
Photo courtoisie

Tout doit être pensé pour une partie de chasse réussie. Autant il faut s’exercer au tir à la carabine, à l’arc ou à l’arbalète avant de partir à la chasse, autant il faut tout préparer de façon minutieuse.

« Une préparation adéquate permettra de vivre une aventure de chasse intéressante, sans surprise et qui alimentera longtemps les conversations autour du foyer », conclut Cossette.

Il est conseillé de démonter son mirador à la fin de chaque saison de chasse et de le sortir du bois. Une fois chez vous, vous pourrez en faire l’entretien, au besoin.

 

Un entretien à ne pas négliger

Réputée pour son meilleur confort, la cabane en bois est une autre version de mirador souvent utilisée. Mais bien que ce type de mirador soit un peu plus douillet, Alain Cossette rappelle qu’il ne faut pas négliger l’aspect sécurité.

« Comme ces installations sont en bois, à la base, il faut se rappeler qu’elles demandent de l’entretien régulier. Elles doivent être aussi bâties solidement et très bien fixées afin d’éviter qu’elles se déplacent au vent ou encore qu’elles viennent à tomber au sol, énumère Cossette. Il faut toujours bien nettoyer le bas de la cache en enlevant tout ce qui pourrait nous blesser comme des branches ou des souches. Un faux mouvement et c’est la blessure assurée si vous tombez. »

Il est certain que ces installations peuvent assurer un meilleur confort que le mirador que l’on installe dans un arbre sauf que si l’on veut en profiter longtemps, il faut agir en conséquence. « Avant de monter dans l’échelle ou l’escalier en bois, il faut bien prendre le temps de vérifier l’état du bois. Une rampe de sécurité pour se tenir lorsque l’on monte est un élément essentiel, selon moi. »

Des éléments de sécurité

Il existe des outils simples à transporter qui vous permettront de profiter de votre mirador en toute quiétude.

Premièrement, avec l’extension du service de téléphonie cellulaire, il arrive souvent, pour les gens qui chassent en terres publiques, que le signal passe. Si ce n’est pas le cas, vous pouvez toujours louer ou vous procurer un téléphone satellitaire qui assurera un contact avec l’extérieur en tout temps.

Pour assurer la communication dans un groupe de chasseurs, on peut aussi utiliser de petites radios. Si le territoire où vous êtes est étendu, il se peut que le dernier du groupe ne puisse vous entendre. À ce moment-là, les autres membres du groupe pourront faire le relais.

Il faut toujours être capable d’avoir du secours en cas de besoin. Un sifflet peut aussi être une façon de vous faire entendre si vous êtes en difficulté à l’extérieur de votre poste de chasse. Une trousse de premiers soins, une carte précise de l’endroit où vous vous trouvez et surtout, signaler à quelqu’un où vous vous trouvez exactement, voilà d’autres éléments dont il faut tenir compte.

« Agir rapidement »

Avant de terminer son entrevue, Alain Cossette a tenu à rappeler certains petits conseils avant l’ouverture de la chasse, qui arrive à grands pas.

« Il faut toujours faire attention à la viande de notre gibier. Les saisons de chasse étant devancées et surtout avec les automnes plus chauds que nous connaissons, une fois la bête abattue, il faut agir rapidement, d’expliquer ce fervent disciple de Nemrod. La meilleure façon de bien conserver son orignal, c’est de le découper en quartier et enlever la peau pour la conservation. Il faut utiliser deux épaisseurs de coton à fromage. Une scie va-et-vient à batteries se veut un outil idéal. Si vous n’avez pas de moyens pour conserver votre viande à une température assez froide, il faut la transporter immédiatement chez votre boucher. Pour moi, c’est une question de respect envers l’animal et la viande que vous allez consommer. Plus vite vous agirez, meilleurs seront les résultats. »