/misc
Navigation

Jour J - 17 : Premier débat

Jour J - 17 : Premier débat
Photo Agence QMI, Sébastien St-Jean

Coup d'oeil sur cet article

Le voilà enfin derrière nous, ce premier débat de la campagne électorale. Comme toujours, l’exercice a été difficile par moment, mais c’est un passage obligé pour les chefs qui veulent entrer dans les chaumières à heure de grande écoute.
 
Bons moments, mauvais coups, meilleurs citations, observations.
 
Les performances des chefs
 
Philippe Couillard : Contrairement aux autres chefs, il devait porter et défendre le lourd fardeau d’un mandat à la tête du gouvernement. Le chef du PLQ a réussi à garder son calme et à essuyer la majorité des attaques. Par moment, on l’aurait voulu plus agressif.
 
Jean-François Lisée : À mon avis, celui qui a marqué le plus de points pendant la soirée. Ses cas individuels et son agressivité du début du débat ne l’ont pas aidé, mais sa préparation était efficace et ses arguments souvent très bien amenés.
 
François Legault : Il s’est souvent trouvé dans des situations où son non verbal trahissait son impatience. Ses attaques d’un candidat libéral auraient porté s’il n’avait pas lui-même eu tellement de problèmes avec son équipe.
 
Manon Massé : Son calme l’a très bien servie, ses arguments portaient et sa simplicité a certainement contribué à faire passer ses messages auprès des auditeurs qui seraient normalement moins favorables aux propositions de Québec solidaire.
 
Les mauvais coups
 
François Legault qui s’insurge de l’attaque de Philippe Couillard à propos de son absence à la rencontre sur la gestion de l’offre. Il n’aide pas son cas en rappelant qu’il attendait de savoir si Philippe Couillard allait y aller. Pour le leadership, on repassera.
 
Manon Massé qui ajoute, à la toute fin, « parce que je suis une femme » pour expliquer qu’elle s’est moins exprimée dans le débat. Une phrase de trop qui jette un peu d’ombre sur sa performance.
 
Philippe Couillard qui essaie d’expliquer des détails de la gestion de l’offre à une Manon Massé qui ne veut rien savoir. Même si les détails sont importants, il finit par avoir l’air paternaliste.
 
Jean-François Lisée qui pousse un peu l’enveloppe en début de débat avec une agressivité disproportionnée et des exemples anecdotiques qui lui font dire qu’il serait intervenu personnellement dans la gestion d’un établissement de santé, de l’ingérence politique pure.
 
Les meilleures citations
 
Manon Massé : Sur la santé : « C’est plus qu’un ratio que ça prend, c’est des conditions de travail ! »
 
François Legault : Sur les projets de développement comique : « J’aime la Gaspésie, mais j’aime pas le gaspillage ! »
 
Jean-François Lisée : Sur l’opposition de la CAQ au projet éolien Apuiat : « Avez-vous vu le contrat d’Apuiat ? Vous dites non sans savoir sans avoir lu, sans avoir vu ! »
 
Philippe Couillard : Sur les maternelles 4 ans de François Legault : « Pour vous, le mot ambition rime avec brouillon. »
 
Le verdict
 
Évidemment, chaque Québécois regarde un débat avec des idées préconçues, des sujets chouchous et des attentes envers les chefs. 
 
Certains moments de cacophonie ont parfois donné envie de simplement éteindre le téléviseur.
 
La formule choisie, avec des interventions citoyennes, venait parfois briser le rythme et l’animateur avait quelques fois de la difficulté à jouer les simples modérateurs et à faire respecter le décorum.
 
Somme toute, le débat a fait passer plusieurs messages pour chaque chef. 
 
Jean-François Lisée et Manon Massé y ont fait très bonne figure alors que Philippe Couillard a bien défendu son bilan malgré les attaques sur tous les flancs. 
 
Pour François Legault, c’est à nouveau la question de l’immigration qui est revenue le hanter. Plutôt que de répondre aux questions sur son fameux test des valeurs, François Legault a choisi de sortir des déclarations douteuses d’un candidat libéral.
 
Philippe Couillard lui a mentionné à plusieurs reprises qu’il ne voudrait probablement pas qu’on lui rappelle le nombre et l’ampleur des problèmes auxquels il a dû faire face avec ses propres candidats.
 
Est-ce que l’aiguille de sondages va bouger après ce premier débat ? Probablement pas beaucoup.
 
★★Mention spéciale à Manon Massé qui a passé les deux heures de débat debout sur un fémur cassé toujours en période de consolidation.