/sports/hockey/canadien
Navigation

La chute de l'empire du Canadien

Coup d'oeil sur cet article

La confiance des amateurs n’est pas élevée à l’approche de la nouvelle saison du Canadien. On ne sent aucune excitation. Il faut bien se rendre à l’évidence. L’équipe est en phase de reconstruction, même si Marc Bergevin s’évertue à dire que ce n’est pas tout à fait le cas.

Un autre plan quinquennal, disent les sceptiques, qui en ont trop vu. La situation dure depuis la dernière conquête de la coupe Stanley de l’organisation, en 1993. La patience des amateurs a été mise à rude épreuve durant toutes ces années, mais elle approche peut-être le point limite.

Scotty Bowman, le maire Jean Drapeau et Serge Savard avec la coupe Stanley devant l'hôtel de ville de Montréal en 1979.
Photo d'archives
Scotty Bowman, le maire Jean Drapeau et Serge Savard avec la coupe Stanley devant l'hôtel de ville de Montréal en 1979.

La disponibilité des billets est plus grande depuis deux ans. Les cotes d’écoute ont subi de fortes baisses à la télévision, la saison dernière. L’indifférence et la résignation augmentent. Ce sont là des signes alarmants.

Qui aurait dit que les inconditionnels en viendraient à regarder les matchs en dilettante, ou que l’on passerait carrément à autre chose certains soirs ?

La prophétie d’Henri Richard

Henri Richard
Photo d'archives
Henri Richard

Qu’est devenu le Canadien ? Qu’est-il arrivé à cette organisation qui faisait la fierté de Montréal ?

Un jour de mai 1990, Henri Richard m’avait dit, avec quelques-unes de ses 11 répliques de la coupe Stanley dans ses bras pour les besoins d’une photo, que l’on ne verrait plus de dynasties dans la Ligue nationale de hockey.

Bob Gainey à la droite de la Coupe Stanley en 1979.
Photo d'archives
Bob Gainey à la droite de la Coupe Stanley en 1979.

Le fier compétiteur qu’il a été ne parlait pas beaucoup, mais il ne le faisait jamais pour rien dire. Il savait que la dynamique économique commencerait à pencher en faveur des joueurs, avec la divulgation des salaires qui allait se faire la saison suivante.

En 1992, la LNH connaissait son premier conflit de travail avec une grève des joueurs qui dura une dizaine de jours. Se sont ensuivies trois suspensions des activités décrétées par Gary Bettman en l’espace de 18 ans.

La flambée des salaires et l’imposition d’un plafond salarial ont fait place à un modèle d’affaires qui ne permet plus les dynasties.

C’est bon pour le sport. La compétitivité et la parité sont des forces pour toute ligue sportive. Tout le monde sera d’accord.

Le Canadien a perdu son auréole. Qu’est-il arrivé à cette organisation qui faisait la fierté de Montréal ? Comment expliquer que ce qui constituait un empire ait connu une chute dramatique ?

Les années Savard

Le Tricolore a connu de bons moments sous le régime de Serge Savard, que Ronald Corey avait choisi pour redresser la barque lors de son embauche, en 1983.

Le Canadien de Montréal remporte la Coupe Stanley contre les Rangers en 1979.
Photo d'archives
Le Canadien de Montréal remporte la Coupe Stanley contre les Rangers en 1979.

Les grands noms qui avaient fait la dynastie des équipes glorieuses des années 1970 étaient partis pour la plupart. La formation avait perdu son identité francophone sous la gouverne d’Irving Grundman. Les Nordiques gagnaient en popularité en raison de la présence de plusieurs joueurs québécois dans leurs rangs.

Savard a assemblé de bonnes équipes durant son règne de plus de 12 ans au poste de directeur général. En 12 saisons sous sa direction, le Canadien a remporté deux coupes Stanley, pris part à trois finales de la Coupe Stanley et à cinq finales d’association.

Le début des années noires

Le déclin s’est amorcé avec l’entrée en scène de Réjean Houle, qui ne possédait aucune expérience en tant qu’homme de hockey.

La transaction de Patrick Roy a eu des conséquences désastreuses sur l’image de l’organisation et la suite des choses.

Pour ajouter aux difficultés, les Brasseries Molson du Canada, qui étaient propriétaires du Canadien et du Centre Molson, qu’ils avaient bâti à grands frais, ne voulaient plus être joueur dans le système économique de l’époque. Ne trouvant pas d’acheteurs locaux, ils ont vendu plus de 80 % de leurs actions à l’Américain George Gillett.

Rafistoler au lieu de rebâtir

Sous son administration, ses directeurs généraux ont embauché des joueurs qui avaient connu les meilleures années de leur carrière. On attendait que les espoirs poussent.

Il y a eu quelques brefs moments de réjouissance. En 2008, sous la direction de Guy Carbonneau, l’équipe a connu une première saison de 100 points depuis la coupe de 1993. Elle s’est toutefois inclinée au deuxième tour des séries.

L’année suivante, après une première moitié de saison fort prometteuse, Carbonneau perdait son poste d’entraîneur avec un mois à faire à la saison.

Deux ans plus tard, l’équipe atteignait la finale de l’Est grâce aux prodiges de Jaroslav Halak devant le filet.

Bob Gainey brandit la coupe entouré de ses coéquipiers en 1979.
Photo d'archives
Bob Gainey brandit la coupe entouré de ses coéquipiers en 1979.

En 2014, les espoirs d’une première participation à la finale depuis 1993 s’évanouirent lorsque Chris Kreider, des Rangers, entra en collision avec Carey Price, lors du premier match de la finale de l’Association de l’Est.

L’avenir augurait quand même bien. Le noyau était solide avec les Price, Pacioretty, Subban, Markov et Plekanec. Les Galchenyuk, Gallagher et Beaulieu prenaient du galon. On se disait que le meilleur était à venir.

L’effet n’a pas duré. Le Canadien a régressé d’année en année depuis, ratant les séries deux fois et subissant l’élimination une fois en deuxième ronde et une fois au premier tour.

Subban poursuit sa carrière à Nashville. Galchenyuk tentera de relancer la sienne en Arizona. Pacioretty vient d’être échangé aux Golden Knights de Vegas. On se demande comment Price se relèvera de sa saison désastreuse. Et Shea Weber ne sera pas en mesure de revenir au jeu avant décembre.

Geoff Molson sollicite l’appui et la patience des partisans. Mais la tolérance des amateurs est à la limite.

 

Les 40 pires décisions depuis 40 ans

Photo d'archives, AFP

Marc de Foy dresse le palmarès des 40 pires décisions qui ont mené à la chute de l’empire du CH.

Cliquez ici pour consulter l’article.

 

Ces joueurs que vous aimiez...

Photo d'archives

Le Canadien a coupé les ponts avec plusieurs joueurs de renom au cours des quatre dernières décennies.

Cliquez ici pour consulter l’article.

 

Tous ces premiers choix échappés

Photo d'archives, AFP

On s’accorde à dire que le repêchage est une science inexacte. À l’exception des surdoués, il est difficile de prédire ce qu’un joueur de 18 ans deviendra dans la vingtaine.

Cliquez ici pour consulter l’article.

 

L’avenir passe par une reconstruction

Photomontage

Même s’il refuse de l’admettre, le directeur général du Canadien, Marc Bergevin, a amorcé une phase de reconstruction.

Cliquez ici pour consulter l’article.