/sports/fighting
Navigation

Boxeurs en formation

Kean, Butler et Jukembayev ont assisté au combat de David Lemieux

 Batyr Jukembayev, Simon Kean et Steven Butler posent devant le T-Mobile Arena de Las Vegas à quelques heures du combat qui a opposé David Lemieux à Spike O’Sullivan, hier soir.
Photo Mathieu Boulay Batyr Jukembayev, Simon Kean et Steven Butler posent devant le T-Mobile Arena de Las Vegas à quelques heures du combat qui a opposé David Lemieux à Spike O’Sullivan, hier soir.

Coup d'oeil sur cet article

LAS VEGAS | Le gala mettant en vedette Saùl « Canelo » Alvarez et Gennady Golovkin a été le plus gros événement de l’année dans le monde de la boxe. C’est pour cette raison que le promoteur Camille Estephan a décidé de faire vivre cette expérience à certains de ses boxeurs.

Simon Kean (15-0, 14 K.-O.), Steven Butler (24-1-1, 21 K.-O.) et Batyr Jukembayev (13-0, 11 K.-O.) ont eu la chance d’assister au combat de David Lemieux qui affrontait Spike O’Sullivan dans un duel éliminatoire WBA. Ils ont pu se tremper dans l’atmosphère d’une soirée de boxe de grande envergure.

« C’est un rêve de pouvoir venir à Vegas, a souligné Steven Butler qui a également été témoin de l’affrontement Lemieux-Golovkin en 2015.

« C’est très positif de vivre une telle expérience avant de l’avoir comme boxeur. C’est vraiment spécial parce qu’il y avait plus de personnes à la pesée que lors de mes combats. C’était impressionnant. »

Kean avait les yeux grand ouverts quand il est arrivé au T-Mobile.

« C’est ma paye pour mes efforts dans le gymnase, a-t-il mentionné. J’aimerais ça pouvoir faire un combat dans cet édifice un jour. »

Son collègue Jukembayev a admis qu’il a eu une bonne première impression de la ville du vice. « Je suis très content d’être ici, a-t-il affirmé en français. C’est une grosse ville et il y a de la boxe partout. Un jour, j’aimerais avoir un combat ici. Demain, si c’est possible. »

Pas de pincement au cœur

Pour revenir à Butler, il n’a pas eu de pincement au cœur quand il a vu son ancien adversaire Brandon Cook monter sur le ring du T-Mobile et avoir la chance de se battre pour un titre mondial.

« À chacun ses opportunités et je lui souhaite de pouvoir en profiter, a souligné Butler. Je n’ai rien de personnel contre lui. J’ai fermé le dossier avec lui. Par contre, si j’ai à nouveau la chance de croiser le fer avec Cook, je ne vais pas refuser. »

D’ailleurs, le Québécois est d’avis que sa défaite contre Cook en 2017 lui a permis de faire un grand pas dans son développement.

« Je me pensais invincible et je l’ai pris à la légère, a reconnu le boxeur âgé de 23 ans. Cook n’aurait pas dû me battre, mais il avait plus faim que moi. J’ai acquis l’expérience de 100 combats lors de cette soirée. »

Combats à venir

Kean, Butler et Jukembayev seront les têtes d’affiche du gala du 6 octobre au Centre Vidéotron.

Kean affrontera l’Ontarien Dillon Carman dans un duel qui pourrait être explosif. « On se connaît depuis les rangs amateurs, mais on ne s’est jamais affronté, a-t-il précisé. C’est sûr que je veux le knocker, mais je vais devoir être prudent. »

Quant à Butler, il croisera le fer avec Jordan Balmir dans un duel à saveur locale. Il est le favori de cette bataille.

« Ce sont les duels les plus dangereux, car tu es porté à sous-estimer ton adversaire, a indiqué Butler. Pour ma part, je prends Balmir très au sérieux et je sais qu’il a faim. »

Finalement, le nom de l’adversaire de Jukembayev sera dévoilé dans les prochains jours.

 

Sur le même sujet