/elections
Navigation

Réduction des seuils d'immigration: Ottawa a un droit de regard, prévient Couillard

Réduction des seuils d'immigration: Ottawa a un droit de regard, prévient Couillard
Photo Jean-François Desgagnés

Coup d'oeil sur cet article

François Legault tente de faire le plein de votes avec son plan de réduction des seuils d’immigration, une promesse inapplicable en vertu de l’entente avec Ottawa, raille Philippe Couillard.

Le fédéral a «un droit de regard» sur le nombre d’immigrants que le Québec accueille chaque année, a convenu le premier ministre sortant samedi, de passage à Québec.

Si Ottawa n’a jamais utilisé son droit de veto en la matière, c’est parce que les cibles du Québec ont toujours visé à préserver le poids démographique du Québec dans le Canada, a précisé le chef libéral. «L’entente est écrite comme ça !», a-t-il insisté, en marge d’une annonce sur la gratuité scolaire pour les étudiants inscrits à temps partiel dans un programme technique ou à la formation professionnelle.

Mais la promesse de François Legault de réduire le nombre d’immigrants changerait la donne, selon M. Couillard.

Selon lui, la position de son rival caquiste sur l’immigration et son «test d’expulsion» des nouveaux arrivants servent uniquement à engranger des votes.

«M. Legault des fois il fait des propositions, il attend, il observe les sondages, les journaux, dans quelle direction le vent souffle et des fois il réajuste, il modifie. S’il continue (à promettre une baisse du nombre d’immigrants et un test de français obligatoire après trois ans), c’est qu’il doit trouver que c’est bon pour lui pour avoir des votes, c’est la seule explication».

«À plat ventre devant Ottawa»

Aux yeux du leader de la CAQ, le premier ministre sortant vient de se disqualifier comme défenseur de la nation québécoise.

«C’est au Québec à décider du nombre d’immigrants. (...) C’est une chose que lui il dise que lui en veut plus, puis moi j’en veux moins. Mais qu’il dise c’est à Ottawa de décider, je n’ai jamais vu un premier ministre du Québec aussi à plat ventre devant Ottawa !», a pesté François Legault, qui s’est engagé samedi à allonger 10 millions $ de plus pour la restauration du patrimoine religieux et la conversion de certaines églises.

Les «gens normaux» et l'immigration

Le chef caquiste refuse d’ailleurs que la question de l’urne, le 1er octobre, se résume à l’enjeu de l’immigration. « Vous parlez beaucoup d’immigration, mais pas les gens normaux, a déclaré M. Legault. Je pense que les gens, tous les jours, ils parlent pas mal plus de l’argent qu’ils ont dans leurs poches et de Gaétan Barrette que d’immigration ».

Couillard se dissocie des propos de Barhone

François Legault a de nouveau réclamé samedi le retrait du candidat libéral Mohammed Barhone, qui a accusé la CAQ de faire du «nettoyage» de l’immigration.

Pas question pour Philippe Couillard de montrer la porte à son candidat dans Taillon. Le premier ministre s’est néanmoins dissocié des propos qu’il a tenus. Le chef libéral a admis que les paroles de M. Barhone «n’étaient pas acceptables», «pas adéquates».

- Avec la collaboration de Macr-André Gagnon