/news
Navigation

Manifestation des syndiqués de Pages Jaunes

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Après avoir été mis en lock-out il y a une semaine, les représentants des ventes de Pages Jaunes ont manifesté devant leurs bureaux du sud-ouest de Montréal pour leur première journée de grève, lundi matin.

La cinquantaine de syndiqués a notamment distribué des tracts sur rue Richardson.

«Nos membres sont furieux et abasourdis. La situation actuelle est inacceptable, les demandes de l'employeur sont injustifiées et le lockout déclenché est sauvage. Il existe des solutions pour régler les problèmes de l'employeur, mais jeter des familles à la rue n'est pas une de celles-ci», a déclaré Kateri Lefebvre, directrice du Syndicat des employés professionnels et de bureau (SEPB), affilié à la FTQ, dans un communiqué.

«Que l'employeur revienne à la table de négociation rapidement afin de régler ce conflit de travail qui n'a pas sa raison d'être et de conclure une convention collective satisfaisante pour les deux parties», a-t-elle ajouté.

Incapable de s'entendre avec ses représentants des ventes, Pages Jaunes a décrété lundi dernier un lock-out qui touche environ 130 de ses employés syndiqués. En janvier dernier, la compagnie montréalaise avait annoncé la suppression de 500 postes.