/news/transports
Navigation

REM: des groupes écologistes dénoncent les travaux au Technoparc

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Une coalition de citoyens et de groupes environnementaux a pourfendu, mardi, les travaux entrepris par la Caisse de dépôt et placement du Québec Infra (CDPQ Infra) pour l'aménagement d'une gare du Réseau express métropolitain (REM) dans le Technoparc de Montréal.

Selon eux, pour aménager la gare et un tunnel, CDPQ Infra doit procéder au défrichage de 20 hectares de terrain en milieu humide, en bordure de l'aéroport Montréal-Trudeau.

Or, des citoyens se sont adressés aux tribunaux en plaidant que le projet doit être mis sur la glace, au motif que les consultations menées par la Caisse sont insuffisantes et qu'en décidant de ne pas tenir de Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE), «le gouvernement du Québec et CDPQ Infra ont abrégé les droits fondamentaux des Québécois(es) à un environnement sain».

Ces citoyens doivent se faire entendre le 2 novembre devant la Cour d'appel du Québec.

La Coalition verte, Technoparc Oiseaux et la Coalition Climat Montréal ont dénoncé, mardi, que CDPQ Infra a amorcé ses travaux malgré la procédure judiciaire en cours.

«Notre démocratie est à risque quand on laisse n’importe qui ignorer la loi. Notre environnement est à risque quand on refuse d’analyser nos impacts sur celui-ci. [...] Les promoteurs doivent respecter ce fait en attendant la décision de la cour», a plaidé Matthew Chapman, président de la Coalition Climat Montréal, par communiqué.

«Il existe d’autres endroits où le train pourrait passer en se rapprochant des usagers potentiels et en évitant les milieux humides du Technoparc. Toute personne qui comprend la nécessité de protéger nos derniers espaces verts est justifiée de craindre le REM», a renchéri Jim Harris, porte-parole pour Technoparc Oiseaux, en déplorant la destruction d'un site de nidification du héron vert.