/opinion/columnists
Navigation

Des citoyens de seconde zone???

Coup d'oeil sur cet article

Le débat des chefs en anglais de lundi n’aurait jamais dû avoir lieu. Sa simple tenue invalidait le principe qui veut que le français soit notre langue commune.

Nous pensions devenir un pays français. Nous redevenons plutôt une province bilingue.

Débat

Mais je l’ai quand même écouté pour voir comment les chefs s’adressaient à la communauté anglophone. Ils avaient l’air d’un quatuor de colonisés sortant leur anglais du dimanche, ou alors s’excusant­­­ de baragouiner la langue des dominants.

Le moment fort de la soirée, cela a été quand Philippe Couillard s’est piteusement repenti d’avoir voté la motion condamnant le bonjour-hi à l’Assemblée nationale, comme s’il s’excusait à ses maîtres et jurait qu’il ne les défierait plus. C’est dans un moment comme celui-là qu’on comprend à qui obéit le PLQ.

Mais là où la coupe a débordé, c’est quand une des deux animatrices, avec des trémolos dans la voix, a présenté les Anglos comme des citoyens de seconde zone au Québec. Quoi ?! Il y a des limites à rire du monde.

Les Anglos, hier encore, dominaient le Québec à la manière d’une minorité coloniale convaincue de la légitimité de ses privilèges. Et s’ils ont dû s’adapter à la loi 101, c’est simplement parce qu’ils devaient tenir compte d’un nouveau rapport de force commandé par le nationalisme de la Révolution tranquille, aucunement parce qu’ils acceptaient d’évoluer dans une société fondamentalement francophone.

Redisons-le : jamais les droits des anglophones n’ont été menacés, et ils conservent de nombreux privilèges. Qu’on pense seulement à leurs institutions surfinancées par l’État québécois. Plus encore, ils demeurent la majorité politique à travers leur appartenance au Canada anglais, qui contrôle le gouvernement fédéral.

D’ailleurs, maintenant que l’indépendance est reportée à une date indéfinie, leurs anciens réflexes se réactivent et ils cherchent à restaurer leurs privilèges. Paradoxalement, ils le font en se présentant comme une minorité persécutée !

Ce débat en anglais n’était pas un grand moment démocratique, mais l’expression d’un rapport de force à l’avantage des anglophones les plus radicaux qui acceptent de moins en moins la primauté du français et veulent remettre le français et l’anglais sur le même pied.

En fait, il faut bien le dire, ce sont les Québécois francophones qui deviennent peu à peu étrangers dans leur propre pays. Nous devons toujours nous justifier d’exister.

On présente comme une pensée indécente le simple fait de vouloir assurer le poids démographique de la majorité francophone. On laisse croire que la maîtrise minimale des flux migratoires relève de l’intolérance. « Racisme systémique », « discrimination », « intolérance » : ces mots servent à faire notre procès.

Vouloir que le Québec reste le Québec­­­, c’est-à-dire un pays de langue française et de culture québécoise, semble moralement irrecevable et politiquement réactionnaire.

Intolérance

Nous, Québécois francophones, n’avons pas de pays, nous sommes traités comme une population résiduelle dans le Canada multiculturaliste et lorsque nous protestons contre cela, on nous accuse de suprémacisme ethnique.

Et pourtant, on parvient à nous faire croire que nous sommes un groupe intolérant à dompter.

C’est fort de café.