/news
Navigation

«J.E.»: Il se serait enlevé la vie à cause de la maladie de Lyme

«J.E.»: Il se serait enlevé la vie à cause de la maladie de Lyme
capture d'écran, TVA Nouvelles

Coup d'oeil sur cet article

Alors que se termine une autre saison où la maladie de Lyme gagne du terrain, ceux qui en souffrent au Québec doivent toujours se battre pour avoir un diagnostic, pour se faire soigner. Plusieurs n’ont d’autres choix que d’aller aux États-Unis ou en Europe pour consulter des médecins à grands frais parce qu’incapables d’avoir de l’aide ici.  

Cette semaine à l’émission «J.E.», des victimes de Lyme témoignent de la souffrance causée par cette terrible maladie, d’erreurs de diagnostics à répétition alors qu’ils voient leur état s’aggraver.

Une souffrance qui a poussé Alexandre Lapointe à mettre fin à ses jours, affirme sa mère Carole Leclerc. Il était convaincu que la maladie de Lyme était responsable de ses souffrances. Sa mère dit qu’il a vu de nombreux médecins qui refusaient d’envisager cette possibilité.

Incapable de travailler en raison des symptômes, il n’avait pas les milliers de dollars requis pour aller chercher un diagnostic et un traitement aux États-Unis.

Le rapport du coroner obtenu en exclusivité par l’émission «J.E.» rapporte qu’une analyse en laboratoire confirme qu’Alexandre Lapointe était porteur d’une infection à la bactérie Borrelia qui est une souche de la maladie de Lyme.

«J’ai poussé la machine jusqu’à ses limites», a indiqué le jeune homme de 27 ans dans la dernière lettre qu’il a rédigée. «Alexandre avait raison et je n’ai jamais douté de lui», a conclu sa mère après avoir pris connaissance du rapport de la Coroner Denyse Langelier.

Amir Khadir, médecin spécialiste en infectiologie, estime que «le corps médical a de la misère à suivre» dans le dossier de la maladie de Lyme au Québec.

Le docteur Khadir affirme «qu’on a de la difficulté à diagnostiquer cette maladie car il y a plus d’une bactérie en cause, et que notre test n’en détecte qu’une seule».

Ne manquez pas l'enquête de «J.E.» jeudi dès 19 h 30 sur les ondes de TVA.