/sports/fighting
Navigation

L’entraîneur de Custio Clayton dans l’attente d’un dénouement

Daniel Trépanier souhaite que le boxeur règle ses affaires avant de revenir au gym

Custio Clayton a refusé une offre de trois combats de Top Rank-EOTM cette semaine.
Photo d’archives, Pierre-Paul Poulin Custio Clayton a refusé une offre de trois combats de Top Rank-EOTM cette semaine.

Coup d'oeil sur cet article

Custio Clayton vit une période trouble de sa carrière et on se demande dans quelle direction il se dirigera pour la suite des choses.

Selon son entraîneur, le boxeur originaire d’Halifax semble mêlé entre ses deux oreilles.

« Je lui ai demandé de faire un entraînement léger comme de la course et de se tenir loin du gymnase, a expliqué Daniel Trépanier, lorsque joint par Le Journal de Montréal. Pour le moment, ça ne lui donne rien de faire du shadow ou du sparring, il n’a pas la tête à ça.

« Je lui ai dit de régler ses affaires. Lorsque ce sera le cas, on reprendra l’entraînement de façon plus intense. »

Trépanier n’a pas été trop impliqué dans la mésentente entre Clayton, son gérant Douggy Bernèche et son promoteur Camille Estephan.

« Je me mêle de mes affaires le plus possible, a souligné le Montréalais. Mon rôle est de préparer Custio pour ses combats. Par contre, j’étais présent lors de la rencontre qu’il a eue avec Douggy pour établir le plan pour la suite de sa carrière.

« Je lui ai conseillé d’accepter l’offre de Top Rank-EOTM et c’est la première fois que tous les membres de l’équipe étaient unanimes dans un dossier, sauf Custio. Ce qui me déçoit le plus, c’est qu’il n’a pas été en mesure de fournir une ou des raisons pourquoi il n’aimait pas la proposition. »

Daniel Trépanier
Photo Pierre-Paul Poulin
Daniel Trépanier

Frileux avec les adversaires ?

Selon nos informations, Clayton avait plusieurs réticences par rapport à l’entente qu’on lui a proposée. Il aurait possiblement voulu un montant d’argent plus important pour ses trois combats, et il aurait voulu choisir l’ordre de ses adversaires avant de croiser le fer avec Terrence Crawford.

Il n’était pas très chaud à l’idée d’affronter le Lituanien Egidijus Kavaliauskas (20-0, 16 K.-O.), un des boxeurs les plus dangereux de la division des 147 lb, dès le premier duel de l’entente avec Top Rank.

« En ce qui me concerne, je crois qu’on était rendu à ce niveau de boxeur, a souligné Trépanier. Recevoir 75 000 $ US pour se mesurer à un adversaire qui est prenable, c’était logique. »

Ce n’est pas la première fois que Clayton faisait la fine bouche quant à l’identité d’un adversaire. En février dernier, il a refusé un duel contre l’Ouzbek Kudratillo Abdukakhorov (15-0, 9 K.-O.) pour l’obtention de la couronne WBC Argent.

Puis, il n’a pas voulu affronter l’Américain Rashidi Ellis (20-0, 13 K.-O.) pour un duel devant les caméras d’ESPN en juillet.

Des nuages à l’horizon

En refusant d’accepter l’entente avec Top Rank, Clayton pourrait avoir commis une erreur qui pourrait faire très mal à sa carrière.

« Quand tu as 22 ans, tu peux te permettre de prendre ce type de décision, a souligné Trépanier. Toutefois, lorsque tu en as 31, le temps peut jouer contre toi. »

L’entraîneur admet qu’il est dans le brouillard pour la suite des choses.

« J’y vais un jour à la fois et je me tiens au courant des développements, a-t-il ajouté. Pour le moment, je ne vois pas beaucoup d’espoir de réconciliation, car personne ne veut s’asseoir ensemble.

« Par contre, lorsque la poussière va retomber, je souhaite que tout le monde se parle et qu’on en vienne à un règlement. »

Dans le calepin...

Quand Camille Estephan a une idée dans la tête, il ne l’a pas dans les pieds. Le patron d’Eye of the Tiger Management a déjà établi les premiers contacts avec Golden Boy Promotions pour organiser un combat entre David Lemieux et Saùl « Canelo » Alvarez. Le président de Golden Boy, Eric Gomez, doit rencontrer le boxeur mexicain dès cette semaine. L’objectif de ce rendez-vous est d’évaluer l’état de santé du nouveau champion unifié et d’établir des plans pour la suite des choses. Selon plusieurs sources, il pourrait remonter dans le ring le 15 décembre soit à New York ou à Las Vegas. Lemieux fait partie de la courte liste de ses adversaires potentiels.

L’un des anciens opposants de Lemieux, Billy Joe Saunders, est dans le pétrin. Il a diffusé une vidéo sur les réseaux sociaux où on le voit offrir de la drogue à une prostituée. En retour, il aurait demandé à la femme de frapper une personne au hasard sur la rue et de commettre un acte sexuel sur la place publique. La commission athlétique de l’Angleterre doit rencontrer le champion WBO des poids moyens la semaine prochaine. Si son permis est suspendu, il est possible que son combat contre Demetrius Andrade soit reporté. Le tout est prévu pour le 20 octobre à Boston.

Le champion WBC des lourds, Deontay Wilder, croisera le fer avec l’Anglais Tyson Fury, le 1er décembre, à Los Angeles. La question que plusieurs se posent maintenant : est-ce que ce duel va affecter celui entre Adonis Stevenson et Oleksandr Gvozdyk qui doit être présenté lors de la même soirée ?

Parlant de décembre, ça pourrait être le plus gros mois de l’histoire de la boxe au Québec alors qu’on pourrait avoir trois championnats du monde impliquant des boxeurs québécois en autant de semaines. Après Stevenson-Gvozdyk le 1er décembre, Artur Beterbiev pourrait défendre sa ceinture IBF sept jours plus tard. Puis, le 15 décembre, les amateurs pourraient se mettre un choc Alvarez-Lemieux sous la dent. Bien sûr, comme on l’a souvent constaté dans le passé, les plans peuvent changer rapidement.