/opinion/columnists
Navigation

Un Sénat démocrate passe par le Texas

Coup d'oeil sur cet article

Dans le bastion républicain du Texas, le démocrate Beto O’Rourke mène une campagne épique contre le sénateur républicain Ted Cruz. Sa victoire pourrait faire basculer le Sénat et compliquer royalement l’existence de Donald Trump.

À quelques semaines des législatives de mi-mandat du 6 novembre, les démocrates sont favoris pour reprendre la Chambre des représentants. Ce serait une très mauvaise nouvelle pour Donald Trump.

Au Sénat, les républicains devraient conserver leur mince majorité, mais un renversement n’est pas impossible. Pour Trump, ce serait un cauchemar.

Si ce scénario se concrétise, le point de bascule pourrait bien être le Texas, où les républicains dominent depuis une trentaine d’années.

Ça se corse

Même si Ted Cruz est parti nettement en tête, l’écart s’est resserré et certains sondages récents donnent une courte avance à O’Rourke.

Les jeux sont loin d’être faits, mais les militants démocrates texans débordent d’enthousiasme et leur campagne ne manque pas d’argent.

Si les républicains ne pressent pas encore le bouton de panique, Ted Cruz a néanmoins enterré ses vieilles chicanes avec Donald Trump, qui volera à son secours.

Pour les démocrates, le Texas demeure un défi, mais il est prenable.

Deux tendances de fond

Le premier ingrédient d’une surprise au Texas serait une vague nationale anti-Trump le 6 novembre. Comme Trump n’a gagné le Texas que par 9 points en 2016 (contre 16 points pour Romney en 2012), les républicains n’y sont pas invulnérables.

Aux élections de mi-mandat, la participation est généralement plus forte chez les opposants au président, ce qui avantagera les démocrates.

On assiste aussi à des changements démographiques rapides au Texas, où la croissance de l’électorat hispanophone et l’afflux de jeunes professionnels progressistes dans les grandes villes font contrepoids à l’électorat républicain blanc, peu scolarisé, rural et conservateur.

Ces tendances sont fortes, mais elles ne suffiront pas à déloger Ted Cruz.

Un candidat inspirant

Ce qui pourrait faire pencher la balance, c’est un candidat démocrate étonnant.

Robert Francis O’Rourke, âgé de 45 ans et d’ascendance irlandaise, est depuis 2013 représentant au Congrès d’un district frontalier largement hispanophone qui comprend la ville d’El Paso. Bilingue, son surnom est la contraction espagnole de Roberto. Les Hispanophones le préfèrent de loin à un certain Rafael Cruz, qui se fait appeler Ted.

Orateur redoutable, O’Rourke s’est fait remarquer récemment quand une vidéo d’un discours où il défendait le droit des joueurs de football de s’agenouiller pendant l’hymne national est devenue virale. On y sent la passion de celui qui ne craint pas de confronter la droite tout en tenant un discours rassembleur.

Celui que tous appellent Beto défend un programme pragmatique, mais il incarne bien la passion dont les démocrates ont besoin pour vaincre Trump et le trumpisme. D’aucuns croient que son ascension ne s’arrêtera pas au Sénat.

D’ici au 6 novembre, pour un avant-goût de l’avenir politique des États-Unis, il faudra porter une attention toute spéciale au Texas.