/news/currentevents
Navigation

Armurier prêt pour la guerre: un Montréalais condamné à la peine maximale

Le Montréalais pouvait équiper une petite armée

Coup d'oeil sur cet article

Un trafiquant d’armes de Montréal qui était prêt à équiper une petite armée de fusils d’assaut AK-47 a finalement écopé vendredi de la peine maximale de 10 ans d’incarcération.

« Ces armes sont conçues pour tuer un grand nombre de personnes rapidement et efficacement, elles n’ont aucune autre utilité », a commenté la juge Linda Despots en citant la Cour suprême, juste avant de condamner Anatoliy Vdovin, vendredi au palais de justice de Montréal.

Anatoliy Vdovin
Photo courtoisie
Anatoliy Vdovin

Vdovin, 49 ans, était prêt pour la guerre lorsqu’il a été arrêté en 2015. Dans un mini-entrepôt qu’il louait dans la métropole, les policiers avaient découvert plus de 900 carcasses [la pièce centrale] d’AK-47.

Sur internet

Ce fusil d’assaut automatique capable de tirer 600 coups à la minute est réputé pour sa fiabilité et sa facilité d’entretien.

Les policiers avaient également saisi 180 silencieux et plus de 25 chargeurs de haute capacité, ce qui faisait de cette perquisition l’une des plus importantes dans l’histoire du Canada.

Photo courtoisie
Photo courtoisie

« Je n’ose même pas imaginer les dommages qu’aurait pu causer la distribution de ces armes sur le marché noir, avait témoigné un expert. Les armes n’étaient pas marquées, la police n’aurait eu aucun moyen de les retracer. »

Vdovin vendait ses armes sur internet, comme si de rien n’était. Il a toutefois attiré l’attention des autorités aux États-Unis. Quand un agent fédéral a pu s’en procurer sans difficulté, il a immédiatement alerté ses confrères québécois.

Photo courtoisie

Silencieux et innocent

Lors du procès, Vdovin avait choisi de garder le silence. Dès qu’il a été reconnu coupable, il a cependant congédié son avocat pour ensuite faire valoir qu’il n’avait rien fait d’illégal.

« [Vdovin] est encore convaincu qu’il avait le droit [de vendre des armes de guerre] sur internet », a dit la magistrate.

Pour le procureur de la Couronne Éric Poudrier, Vdovin méritait la peine maximale de 10 ans d’incarcération, compte tenu de l’impressionnante quantité d’armes découvertes, de leur dangerosité et du fait que Vdovin exploitait seul son commerce illicite.

Photo courtoisie

« Cette suggestion est raisonnable et appropriée », a dit la magistrate.

L’arsenal de Vdovin a été remis à la Gendarmerie royale du Canada, qui pourra l’utiliser à des fins éducatives.