/news/green
Navigation

Chasse interdite dans un secteur près de la ferme

Coup d'oeil sur cet article

La chasse sera interdite dans un secteur situé tout près du lieu où a été découvert pour une première fois un chevreuil atteint d’une maladie comparable à celle de la vache folle au Québec.

Le ministère de la Faune l’a confirmé à peine un jour avant que ne débute la saison de la chasse à l’arc et à l’arbalète du cerf de Virginie dans une des zones touchées.

Cette décision survient à l’heure où un chevreuil atteint de la maladie débilitante chronique (MDC) du cervidé a été identifié pour la première fois au Québec dans un élevage, à Grenville-sur-la-Rouge, dans les Laurentides. Le troupeau a depuis été mis en quarantaine pour éviter toute propagation.

Cette maladie est présente depuis plusieurs années en Alberta et en Saskatchewan, de même qu’aux États-Unis. Elle est extrêmement contagieuse et se transmet par l’urine, les selles, la salive et le sang des animaux atteints. Les bêtes meurent en quelques mois, le cerveau et la mœlle épinière détruits.

Le Journal rapportait en décembre que « la MDC a le potentiel d’infecter les humains », selon une équipe de scientifiques de Calgary menée par l’Agence canadienne d’inspection des aliments qui a fait des tests sur des primates.

Tous testés

La médecin vétérinaire en chef du Québec au ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) a cependant confirmé au Journal hier qu’aucune viande infectée ne peut se retrouver sur les tablettes.

« Quand un animal est abattu pour la viande, ils sont tous testés actuellement pour cette maladie. On n’a pas d’évidence directe que la maladie se transmet à l’humain, mais on applique le principe de précaution », dit Hélène Trépanier.

Le chevreuil malade a donc été testé directement à l’abattoir, comme c’est le cas pour tous les cervidés d’élevage.

C’est donc quelque 22 000 bêtes qui ont été soumises à ce test depuis 2002. C’est la première fois qu’il est positif. L’animal malade a été retiré de la chaîne et sa carcasse a été soigneusement détruite, a certifié Mme Trépanier.