/finance/news
Navigation

L’assurance habitation est essentielle sur Airbnb

L’assurance habitation est essentielle sur Airbnb
Illustration Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Vous louez votre propriété sur Airbnb ? L’assurance pourrait compliquer votre vie.

Lorsque vous louez à des étrangers, par Kijiji ou sur des plateformes comme Airbnb, c’est considéré comme une activité commerciale et ce n’est pas couvert par un contrat d’assurance habitation standard. Le risque est différent et, précise le Code civil, vous devez avertir votre assureur.

Sinon, l’assureur est dans son droit de refuser de vous indemniser en cas de sinistre. On a vu des propriétaires se réveiller avec un logement ravagé par le feu ou des fêtards, ou poursuivi par un client qui s’est blessé dans l’escalier, ou par un voisin excédé par le bruit de ses clients.

Au mieux, certains assureurs pourraient déterminer que votre prime représente le quart de ce que vous auriez normalement dû payer s’il avait été averti... et vous indemniser seulement pour le quart du coût des travaux.

Plusieurs assureurs tolèrent cependant que vous puissiez louer à des étrangers pour de courtes périodes de temps (une semaine, ou quelques fins de semaine), jusqu’à concurrence d’un nombre maximum de jours par année (un ou deux mois, et pas nécessairement en continu). Mais vous devez quand même l’avertir. Et il vous posera plusieurs questions :

  • Combien de chambres seront louées ?
  • Combien de clients aurez-vous à la fois ?
  • Serez-vous sur place avec vos clients ?
  • Utiliseront-ils piscine, spa, BBQ, vélo, automobile ?
  • Offrirez-vous des services (réservation d’activités, nettoyage des chambres) ?
  • Quelles sont les mesures de sécurité (extincteurs, gicleurs, détecteurs de fumée...) ?

Conséquences

L’assureur pourrait mettre fin au contrat, acquiescer sans rien changer ou, surtout, imposer certaines conditions :

  • instaurer un nombre maximum de jours de location durant l’année ou limiter la durée des séjours ;
  • augmenter la franchise, la prime ou la couverture en responsabilité civile ;
  • exclure la couverture en cas de vandalisme ;
  • imposer une couverture de type tous risques.

Certaines plateformes, comme Airbnb, offrent des couvertures d’assurance. Concrètement, vous n’avez aucun recours encadré par nos lois si vous êtes insatisfait du service ou des indemnités offerts. Et Airbnb précise lui-même que ses couvertures ne remplacent aucunement votre assurance habitation.

À signaler : Cooperators vient de lancer duuo, un nouveau produit d’assurance sur demande, qui s’adresse aux personnes qui louent leurs propriétés sur des plateformes comme Airbnb. Il n’est souscrit que pour les nuits où la propriété est louée et couvre les risques exclus par l’assurance habitation courante. On parle de 8 $ par nuit pour une couverture totale de la propriété et son contenu, à valeur à neuf, ainsi que le risque de vandalisme, infestation, perte de revenu et responsabilité liée à l’alcool. Le produit sera offert bientôt au Québec.

 

Conseils

  • Choisissez vos locataires avec soin.
  • Enlevez les objets de valeur pour limiter les vols.
  • Vérifiez si le règlement de votre immeuble en copropriété ou le règlement d’urbanisme de votre municipalité ou quartier permet la location à court terme.
  • Ayez un proche qui peut réagir en cas d’urgence si vous êtes à l’étranger.