/opinion/columnists
Navigation

La vérité sur Québec solidaire

La vérité sur Québec solidaire
Photo Sébastien St-Jean

Coup d'oeil sur cet article

Si Manon Massé n’était pas co-porte-parole de Québec solidaire, un parti qui vomit sur le libéralisme économique sur lequel reposent les économies occidentales, on dirait qu’elle est la Reine du jour.

Manon Massé réussit au cours de cette campagne électorale à présenter Québec solidaire comme un parti certes à gauche, mais inoffensif et sans danger pour la démocratie.

QS est au contraire un parti d’extrême­­­ gauche qui rejette notre système « capitaliste » et qui exècre la social-démocratie à la québécoise.

QS est plutôt un parti qui dissimule ses intentions. Un parti qui a fait disparaître il y a près d’un an son programme trop explicite par un autre d’une centaine de pages, que l’on peut consulter sur son site.

Il faut être un spécialiste de la pensée communiste pour pouvoir débusquer, dans ce texte où les mots masquent systématiquement le contenu, la véritable intention de Québec solidaire, c’est-à-dire la socialisation systématique des activités économiques.

Fondateurs communistes

On y retrouve l’influence intellectuelle de ses membres fondateurs, communistes militants au sein du parti communiste québécois, qui ont intégré le parti en 2006.

QS favorise une économie sociale forte tout en « maintenant une certaine place au secteur privé » ! En clair, il s’agit de s’approprier le contrôle collectif des principaux leviers économiques du Québec.

Marx, Lénine et même Trotsky sont les inspirations de la pensée solidaire, revue et corrigée par l’aimable, bienveillante et sympathique Manon Massé et ses camarades.

À l’évidence, rares sont les journalistes, économistes et politiciens qui ont lu le texte presque indéchiffrable où il est question de la mainmise de l’État sur les richesses naturelles et les terres agricoles.

Le nouveau programme se garde bien d’écrire noir sur blanc que l’espace public — comprenons les médias — sera consacré d’abord alors à l’information, à la discussion, aux débats de société et au divertissement de qualité ! L’on ne précise plus comme dans l’ancien texte l’imposition d’une « réglementation radicale de la publicité commerciale afin d’éviter les excès » !

Maladresse

La maladresse de Jean-François Lisée au début du débat, alors qu’il a interrogé avec insistance Manon Massé au sujet du vrai chef de QS, n’enlève rien à la pertinence de sa question. Qui est la tête pensante de QS ? Le nom de Gaétan Châteauneuf sort soudain du sac. Le programme revu et corrigé dans le but de masquer les intentions ressemble à de la mystification idéologique.

Et c’est réussi puisque les candidats n’ont affronté que du bout des lèvres et sur l’économie la co-porte-parole Manon Massé, qui répond à tout utilisant des élans de sincérité qui en leurreront plusieurs. Car contrairement aux doctrinaires habituels, la femme est sympathique, ce qui en fait une manipulatrice de haut niveau. Ou alors, sa candeur est sans limites.

Ceux qui se laissent tenter par un vote QS semblent considérer le programme du parti comme un détail. Ou alors, conscients que QS ne peut remporter l’élection, ils sous-estiment l’influence des solidaires héritant de la balance du pouvoir.

En d’autres termes, Québec Solidaire­­­ est une réelle menace pour l’avenir de la démocratie.