/misc
Navigation

Nos auteurs

CA_Antoine Genest-GrégoireCA_Véronique FournierMaxime Pelletier

Donnez-nous de l'oxygène

Diane Dufresne.
JEAN-FRANCOIS DESGAGNES/JOURNAL DE QUEBEC/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Bannir les pailles en plastique, cela tient de la mesurette environnementale. On tente de flatter la conscience verte des consommateurs sans trop déranger l’électeur et son café moka-sucré-glacé avec sa paille plastique géante. Pendant ce temps, Philippe Couillard ouvre la porte à l’empiétement sur les terres agricoles devant un parterre d’élus municipaux pour séduire l’électorat péri-urbain. Cette orientation est critique, voire irresponsable, pour encadrer le développement de la région métropolitaine (et des autres régions urbanisées au Québec!).

Toute la semaine

Je me démène

De neuf heures jusqu’à cinq heures

Le trafic

Me panique

Quand je roule à la noirceur

« Donnez-moi de l’oxygène », Diane Dufresne

 

Donner de l’oxygène aux villes

Le coût collectif de la congestion dans la région métropolitaine a doublé depuis 10 ans : 4,2 milliards en 2018. Le bilan du Plan métropolitain d’aménagement et de développement (PMAD) de la Communauté métropolitaine de Montréal(CMM) le souligne à grand trait. On fait bien du côté de la densification; les ménages s’installent dans les secteurs identifiés et le développement immobilier s’y concentre. Mais au point de vue du transport, nous ne réussissons pas. Ce sera le grand défi des prochaines années, tant au plan de la congestion, de la mobilité que de la lutte aux changements climatiques et de la diminution des gaz à effet de serre (GES). Et ce ne sera pas qu’une question de quel parti aura le meilleur plan de transport collectif dans son programme!

Les pressions sont très fortes pour empiéter sur les terres agricoles et revoir le périmètre d’urbanisation. Les municipalités cherchent des nouveaux revenus et sont en quelque sorte en compétition les unes envers les autres. Plus nos villes s’étalent, plus les km parcourus sont importants, plus nous grugeons notre territoire. Lors du Sommet municipal de l’Union des municipalités (UMQ) le 14 septembre dernier, le premier ministre sortant a ouvert la porte au dézonage agricole pour donner de l’oxygène aux municipalités qui souhaitent poursuivre leur expansion. Voilà le billet vers un bar ouvert pour défaire le fragile consensus autour de la protection du territoire. Mais les pailles en plastique, par contre, sortez-les des bars!

La CAQ, PQ, et QS se sont montrés favorables à l’adoption d’une Politique nationale d’aménagement du territoire. Les Libéraux ne le sont pas; à y jeter un coup d’œil? oui. Un débat électoral s’est organisé sur ces enjeux, seuls le Parti Québécois et Québec Solidaire ont pris part à cette discussion pourtant fondamentale. L’aménagement du territoire devrait être au cœur de cette campagne; congestion, taxation, services publics, souveraineté alimentaire, santé, changements climatiques sont tous liés à notre façon de développer nos milieux de vie. Ou de les gaspiller.

Rouler à la noirceur

Oui, il y a urgence climatique. À vouloir donner de l’oxygène aux villes, on risque d’étouffer les prochaines générations au CO2 par un développement toujours plus loin, toujours plus dépendant de l’auto-solo. Cette campagne devrait voir les quatre partis prendre un engagement ferme pour le maintien de l’intégralité du PMAD. Elle devrait donner l’occasion aux quatre chefs d’énoncer leur feuille de route vers l’adoption d’une Politique nationale d’aménagement du territoire. Là, on roule en partie à la noirceur, phares éteints et sans trop de garantie de la direction qui sera prise, mais on aura probablement droit à un café amer au service au volant...sans paille.