/lifestyle/health
Navigation

La routine santé de Jean-Nicolas Verreault

Jean-Nicolas Verreault
Photo d'archives, Agence QMI Jean-Nicolas Verreault

Coup d'oeil sur cet article

Chaque semaine, Le Journal vous fait découvrir les trucs et astuces santé de différentes personnalités. De l’activité physique à l’assiette, en passant aussi par l’équilibre mental, chaque invité nous parle de sa santé et de ses choix pour rester actif et en forme.

Quelles activités physiques pratiquez-vous pour garder la forme ?

L’entraînement en salle fait partie de la routine santé de Jean-Nicolas Verreault depuis 1994. C’était alors pour « changer mon casting », se décrivant à cette époque comme « un grand bâton de ski avec la voix grave », badine le comédien.

Depuis ce temps, celui que l’on peut voir cet automne dans L’Échappée (TVA), Jérémie (VRAK) et File d’attente (Unis TV) fait de la musculation quelques fois par semaine. « De façon moins obsessive qu’avant », surtout pour « la forme physique, le tonus musculaire, la densité osseuse », dit-il.

Du côté cardiovasculaire, c’est un homme « très endurant. J’aurais eu la physionomie pour faire du marathon », soutient celui qui, autrefois, était un habitué des compétitions de tennis. Plus récemment, il s’est initié au yoga en salle chaude.

Comment le yoga en salle chaude est-il entré dans votre vie ?

Jean-Nicolas Verreault
Photo Adobe Stock

Le yoga en salle chaude faisant partie de l’horaire de sa conjointe depuis déjà quelques années, c’est elle qui l’a initié à cette activité que Jean-Nicolas pratique maintenant deux à trois fois par semaine.

Il décrit le Yin yoga en salle chaude comme étant « très méditatif, très introspectif », s’offrant alors du temps pour lui, pour ne penser qu’au moment présent. Également « très forçant », le yoga lui permet de travailler notamment les abdominaux, la souplesse, lui procurant aussi beaucoup de force et multipliant les bienfaits aux organes internes.

« Quand on sort, on a un un high d’endorphine », un sentiment qui stimule la motivation du père de 51 ans, qui souhaite préserver son enthousiasme et son énergie très longtemps, pour continuer d’avoir du plaisir avec ses trois filles de 14, 6 et 4 ans.

En compagnie de sa cadette Romy, atteinte du syndrome de Nager, Jean-Nicolas sera co-porte-parole de l’événement #Etrehumain au profit de la Fondation du CHU Sainte-Justine, en mars prochain.

Quels sont vos trucs pour bien manger ?

Les légumineuses, les légumes et les poissons composent les repas santé de Jean-Nicolas et de sa famille qui consomment très peu de viande.

« Ce que l’on mange le plus souvent, c’est du saumon pratiquement cru à l’intérieur », affirme l’amateur de sashimis. Toutefois, « il y a un côté de moi qui a besoin de manger de la cochonnerie de temps en temps. Le vendredi, avec les enfants, on se fait une soirée cinéma et pizza », raconte celui qui fait partie de la distribution de la série La Malédiction de Jonathan Plourde, bientôt à l’affiche à Super Écran.

Pour lui faire plaisir, il suffit de lui proposer des huîtres ou du homard « si quelqu’un le décortique pour moi ».

Avez-vous un plaisir coupable ?

Jean-Nicolas Verreault
Photo Adobe Stock

« Les cocktails, je suis un peu maniaque, parce que ça me passionne », explique l’amateur de gin, de mescal et de tequila. Ses trois cocktails de prédilection sont le dry martini, le negroni et le dirty martini, puisqu’il a une préférence pour les saveurs plus amères.

Jean-Nicolas Verreault
Photo Adobe Stock

Le matin toutefois, surtout l’hiver, il déguste un tout autre genre de cocktail, plus santé celui-ci et sans alcool, qui consiste en une tasse d’eau chaude, avec du jus de citron, du gingembre, du curcuma en poudre et du poivre, pour bien partir la journée !

Quelles sont vos bonnes adresses à Québec pour bien manger ?

Jean-Nicolas Verreault
Photo courtoisie, Le Clocher Penché

« J’aime beaucoup le Clocher Penché pour déjeuner », affirme ce natif de Québec, puis l’Atelier, notamment pour la carte de cocktails élaborée par Patrice Plante.

Il se souvient aussi d’une époque, dans les années 90, où il fréquentait souvent l’Échaudé, notamment pour son tartare de bœuf. En visite à Québec avec sa famille, il descend à l’hôtel PUR, puis s’arrête au Cosmos juste avant de repartir.