/opinion/columnists
Navigation

Québec solidaire: une menace nationale?

Qu’on soit d’accord ou pas avec ses orientations, Manon Massé est l’une des rares à avoir livré du contenu.
Photo Didier Debusschère Qu’on soit d’accord ou pas avec ses orientations, Manon Massé est l’une des rares à avoir livré du contenu.

Coup d'oeil sur cet article

Depuis l’intervention surprenante de M. Jean-François Lisée au débat des chefs, jeudi dernier, on s’interroge sur ce nouvel ennemi intérieur, tapi dans l’ombre, qu’est Québec solidaire.

Je m’étonne qu’on s’étonne

Que l’on s’interroge sur le fonctionnement interne de Québec solidaire, ça se discute. Qu’on l’accuse d’avoir effacé des pans de son programme, c’est de bonne guerre, mais il faut le prouver et surtout expliquer pourquoi, le sachant, il y a un an, le PQ tenait tant à faire convergence avec lui.

Ce que cette élection nous a révélé c’est que Mme Manon Massé – qu’on soit d’accord ou pas avec ses orientations – est l’une des rares à avoir livré du CONTENU.

Donc critiquer Québec solidaire pour son programme est tout à fait légitime, mais l’accuser d’avoir caché son idéologie de gauche, voire d’extrême gauche, voilà qui surprend.

Il y a quelque chose de pathétique à voir deux partis souverainistes se faire hara-kiri sur la place publique, sur des questions de « poutine interne ».

Pour mémoire, Québec solidaire a été fondé le 4 février 2006. Il est issu d’une fusion de deux partis de gauche, celle de l’Union des forces progressistes (UFP) d’Amir Khadir et d’Option citoyenne de Françoise David.

L’UFP elle-même regroupait, de 2002 à 2006, différents partis de gauche et de gauche radicale, notamment le Rassemblement pour l’alternative progressiste, le Parti de la démocratie socialiste, et le Parti communiste du Québec, ainsi que des anarchistes.

C’est un fait documenté que Québec solidaire compte, dans ses rangs et ses structures, des socialistes et des communistes.

Fait à noter, avant la création de l’UFP, en 2002, et de Québec solidaire, en 2006, bon nombre de ces militants de gauche et d’extrême gauche votaient pour le PQ.

Et la première tentative d’Amir Khadir a été faite avec le Bloc québécois, à l’élection fédérale de 2000, avant de devenir le premier député de Québec solidaire, dans Mercier, en 2008.

Tant qu’à faire peur, si vous voulez savoir de quoi aurait l’air un « dangereux communiste » siégeant à l’Assemblée nationale, c’est lui. On pourra lui reprocher son militantisme à l’excès, mais on ne peut pas nier qu’il a réussi à crédibiliser Québec solidaire et à paver la voie à Françoise David et à Manon Massé.

Une gauche qui inspire

Non seulement il ne faut pas paniquer de savoir que Québec solidaire compte dans ses rangs des socialistes, des communistes et des anarchistes, mais c’est salutaire que ces groupes acceptent d’être fédérés sous une même bannière et de fonctionner selon les règles de la démocratie. Le portrait qui se dessine en Europe n’est pas du tout réjouissant.

Pas besoin de lire Karl Marx pour savoir que l’extrême gauche est fondamentalement anticapitaliste et que les partis de gauche ont des positions tranchées. Certaines de leurs idées cheminent, cependant, dans la tête des électeurs, et particulièrement chez les jeunes. On a même vu le PLQ s’en inspirer.

Certes, ils ont des positions irrecevables aux yeux de la majorité quand ils s’opposent à la libéralisation des marchés et au retrait des traités de libre-échange, mais certaines de leurs idées trouvent écho quand ils prônent la transition énergétique, le commerce équitable, la réduction du temps de travail, l’abolition des paradis fiscaux, l’appui au transport en commun et à la culture.

Il y a quelques années, ils étaient les seuls à demander la légalisation du cannabis, aujourd’hui, c’est le premier ministre du Canada qui leur donne raison.

Au point où nous en sommes dans la dégradation de nos ressources et de la planète, leur message est de plus en plus écouté, même des économistes libéraux très crédibles commencent à sonner l’alarme.

Ne cherchez donc pas pourquoi les jeunes vont vers Québec solidaire. Ils ressentent l’urgence d’agir face au dérèglement du monde que nous leur avons légué. Ils voient que nos sociétés vont droit au mur.