/misc
Navigation

La débandade du Parti libéral chez les francophones

La débandade du Parti libéral chez les francophones
Capture d'écran, TVA Nouvelles

Coup d'oeil sur cet article

Les sondages se suivent et se ressemblent pour le Parti libéral, maintenant au 4e rang dans l’électorat francophone. Le Parti libéral derrière Québec Solidaire, qui l’eût cru?!
 
Quand on ne jette qu’un coup d’œil rapide sur le dernier sondage d’IPSOS, on peut rester avec l’impression que le Parti libéral et la CAQ sont à égalité. Mais en réalité, le score soviétique de 76 % des libéraux auprès des non-francophones fait illusion. Dans l’électorat francophone, le Parti libéral obtient un très maigre 17 % des intentions de vote, un écart énorme de 19 points avec la CAQ. 
 
On parle beaucoup de la déconfiture du PQ et de la montée de QS depuis le débat de TVA, mais la variable qui me semble la plus étonnante et la plus significative, c’est bel et bien le statut de tiers parti des libéraux de Couillard chez les francophones. Sans son vote bétonné du côté des non-francophones, le Parti libéral serait rayé de la carte le 1 er octobre prochain. 
 
Dans ce contexte, on comprend mieux pourquoi la caravane caquiste a pris le chemin des régions dans les derniers jours. En dehors de Montréal et de l’Outaouais, il n’y a plus aucune circonscription libérale qui reste sûre. 
 
Les candidats libéraux doivent ressentir ce sentiment de désamour sur le terrain. Ça doit être pénible de faire du porte-à-porte et se faire recevoir comme le candidat d’un tiers parti. C’est le cas par exemple dans Jonquière où la firme de sondage Mainstreet place le Parti libéral à 11 % ou dans Joliette, où la même firme situe les appuis du PLQ à moins de 7 %! Avec un score aussi anémique, les candidats libéraux ne recevront même pas le remboursement du DGEQ.
 
La candidate libérale dans Labelle n’a pas hésité à se rebeller et à saborder sa propre campagne. Elle a qualifié les propositions de son propre parti de «pacotilles», qui ne répondent en rien aux besoins des régions : «Comme vous pourrez le constater, il n’y a pas beaucoup d’éléments qui correspondent aux réalités de notre région, comme d’habitude». 
 
Dans Rivière-du-Loup, on me dit que le candidat libéral a fait enlever le logo du PLQ de ses outils de communication imprimés et que les rares affiches de Philippe Couillard ont disparu. 
 
C’est sauve-qui-peut pour les candidats libéraux dans le Québec francophone.